Sélectionner une page

Lutte contre la pandémie du coronavirus : Le gouvernement tiendra-t-il ses promesses aux ménages vulnérables et aux entreprises?

Lutte contre la pandémie du coronavirus : Le gouvernement tiendra-t-il ses promesses aux ménages vulnérables et aux entreprises?

La République du Congo est parmi les pays du monde qui ont opté pour une politique sanitaire de riposte à la Covid-19 basée sur le confinement et le déconfinement de la population, avec fermeture totale des frontières, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire reconduit à deux reprises.

Trois périodes ont caractérisé cette politique qui, dans la pratique: la période d’alerte marquée par la prise des mesures barrières et par l’enregistrement du premier cas confirmé de Covid-19 (mois de mars); l’état d’urgence sanitaire marqué par le confinement et le couvre-feu (31 mars au 17 mai) et le déconfinement par paliers dont la première période va du 18 au 31 mai 2020.

Tout a commencé au mois de mars 2020 par deux déclarations du gouvernement, présentées par le Premier ministre Clément Mouamba, sur l’instauration des mesures barrières contre la propagation du coronavirus. Le 14 mars, le Congo enregistrait, officiellement, son premier cas confirmé de Covid-19. Il s’agit d’un conseiller à la primature. On peut déjà comprendre que la peur gagnait rapidement la haute administration de l’Etat. A la date du 21 mai 2020, le Congo comptait officiellement, 469 cas positifs dont 137 guéris, 16 morts et 316 personnes sous traitement. Des chiffres qui sont en croissance. A côté du Ministère en charge de la santé et ses structures internes, plusieurs organes ont été mis en place pour lutter contre la pandémie du coronavirus:
– la Coordination nationale de gestion de la pandémie de Covid-19, placée sous l’autorité du Président de la République;
– la Task-force sur l’impact économique et social du Covid-19, sous la direction du ministre d’Etat Gilbert Ondongo et comprenant des membres du gouvernement;
– le Comité national de la riposte à la pandémie de Covid-19, sous la direction du Premier ministre;
– le collège des experts, le comité technique, etc.
D’une durée de 48 jours au total, le confinement a été une période difficile particulièrement pour les populations gagnant leur vie au jour-le-jour. Dans son second discours relatif à la riposte contre la pandémie, le Chef de l’Etat a lui-même évoqué cette dimension sociale: «Beaucoup de nos compatriotes gagnent leur vie au jour-le-jour, en réalisant eux-mêmes des activités marchandes ou en occupant des emplois journaliers rémunérés à la tâche. Cela, nous le savons et c’est difficile».
Cette dimension sociale a fait émerger les actions d’assistance sociale en faveur des ménages précaires. Le Président de la République y a ajouté l’assistance de l’Etat à travers un appui financier aux ménages précaires. «Dans le domaine social, je réitère mes directives au gouvernement, pour organiser des transferts monétaires au profit de 200.000 ménages les plus vulnérables, dont 100.000 à Brazzaville, 60.000 à Pointe-Noire et 40000 dans les départements. La somme totale allouée s’élève à 10 milliards de Francs Cfa».
Mais, ces chiffres ont tout de suite suscité une controverse sur les critères permettant de reconnaître un ménage vulnérable. Ceux qui n’en ont pas bénéficié ont vu dans ce geste une discrimination qu’ils ne comprennent pas. Par ailleurs, l’on ne sait pas si les 10 milliards de francs Cfa alloués ont été réellement dépensés au profit des ménages vulnérables.
Quant à l’impact de l’état d’urgence sanitaire sur l’économie, le gouvernement a aussi pris des mesures d’accompagnement, suivant les propositions de la Task-force. A ce niveau aussi, c’est le Président de la République qui a lui-même annoncé les décisions prises: «Sur le plan économique, du fait de cette pandémie, le monde enregistre une hausse historique du chômage devant les pertes massives d’emplois dues à l’ampleur inédite des fermetures d’entreprises. A ce propos, le gouvernement a créé le Fonds national de solidarité, sous forme d’un compte spécial de trésor qui est inscrit dans le projet de loi de finance rectificative pour un montant de 100 milliards de francs Cfa. Pour amorcer la mobilisation de cette ressource, les contributions de généreux donateurs ont permis de recueillir, à ce jour, 2 milliards 584 millions 36 mille francs Cfa, répartis comme suit:
– Fonds Covid-19: 1 milliard 124 millions de Francs Cfa;
– Fonds national de solidarité: 1 milliard 460 millions 36 mille francs Cfa.
Tout en remerciant ces derniers, j’invite, malgré la dureté des temps, les uns et les autres à un plus grand engagement en faveur de cette initiative salutaire, dédié à la prise en charge des chocs économiques et financiers engendrés par le Covid-19. J’annonce que, pour sa part, l’Etat vient de faire un apport de 50 milliards de francs Cfa au Fonds national de solidarité».
De ce côté-là aussi, les entreprises attendent toujours le soutien promis. La première désillusion semble venir du secteur de l’électricité, donnée gratuite pour toute la période de confinement (48 jours soit un mois et demi). Mais, par un jeu d’écriture, la société en charge de l’électricité semble s’être arrangée pour éviter les pertes, en facturant les mêmes montants bimensuels au seul mois de mars 2020. Une facturation qui suscite des controverses au sein de l’opinion et pour l’instant, on attend toujours que le gouvernement se prononce.

Jean-Clotaire DIATOU

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 octobre 2020, 01: 01

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 1
  • 18
  • 1 628
  • 3 801
  • 488
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net