Sélectionner une page

Lutte contre la pandémie de covid-19 : Pourquoi les recommandations de la Coordination nationale n’ont-elles pas été validées?

Lutte contre la pandémie de covid-19 : Pourquoi les recommandations de la Coordination nationale n’ont-elles pas été validées?

Comme à l’accoutumée, lorsque la Coordination nationale de gestion de la pandémie de covid-19 se réunit, sous le haut patronage du Président de la République, elle fait des recommandations au gouvernement qui les valide en conseil des ministres, pour être appliquées. Dans la matinée du vendredi 4 septembre 2020, la Coordination nationale a tenu sa neuvième réunion et a fait des recommandations au gouvernement qui s’est réuni en conseil des ministres, en milieu d’après-midi. Curieusement, le conseil des ministres n’a traité qu’une affaire à son ordre du jour, celle relative au projet de loi autorisant la prorogation de l’état d’urgence sanitaire. Que deviennent les recommandations de la Coordination nationale? Apparemment, sans avoir été validées, elles sont tout de même appliquées, par tacite reconduction. Pourtant, un fait nouveau comme la rentrée scolaire devait tout de même être décidé par le gouvernement.

Pour mémoire, la Coordination nationale de gestion de la pandémie de covid-19, qui s’appuie sur le rapport de la Task-force, n’a fait que reconduire les mêmes mesures qu’avant. «Compte tenu des éléments développés durant sa réunion, la Coordination nationale relève qu’il n’existe aucune donnée nouvelle pouvant l’amener à recommander de revenir sur les décisions prises lors de la session du 11 août 2020, à l’exception de la réouverture des établissements d’enseignement», souligne son compte-rendu. Ainsi, elle a recommandé la reconduction des mesures suivantes:
– proroger l’état d’urgence sanitaire pour une nouvelle période de vingt jours, à compter du 8 septembre 2020;
– proroger le couvre-feu à Brazzaville et à Pointe-Noire, aux mêmes horaires de 20h à 5h du matin;
– proroger le couvre-feu sur le reste du territoire national, aux mêmes horaires de 22h à 5h du matin;
– interdire tout rassemblement de plus de 50 personnes dans les lieux publics et privés, à l’exception des marchés domaniaux et de la participation à une activité autorisée dans le cadre du déconfinement;
– exiger le port obligatoire et conforme du masque de protection individuelle;
– faire observer partout et par tous les mesures barrières;
– maintenir la fermeture des boîtes de nuit et autres lieux de danse;
– interdire les entrainements et les rencontres de sport collectif ainsi que les spectacles avec public;
– limiter à la stricte intimité la célébration, de tous les événements familiaux, dans le respect de toutes les mesures de prévention;
– faire exercer les contrôles sanitaires et ceux de la force publique à l’entrée et à la sortie de toutes les villes du pays;
– exiger la présentation à l’aéroport d’un test P.c.r négatif, de moins de 72 heures, par tous les passagers arrivant au Congo par les vols commerciaux, à l’exception des enfants de moins de 11 ans;
– soumettre au test de dépistage du coronavirus covid-19, tous les passagers arrivant au Congo n’ayant pas présenté un test P.c.r négatif daté de moins de 72 heures. Les frais du dépistage étant à la charge du passager;
– interdire la pratique du sport individuel et les promenades en groupe de plus de trois personnes sur les voie et espaces publics, notamment la corniche et les alentours des stades de Brazzaville ainsi que les bords de l’océan atlantique à Pointe-Noire et dans le Kouilou;
– interdire l’installation sur la voie et les espaces publics des chapiteaux destinés à accueillir des personnes;
– faire limiter à 10 le nombre des membres d’une famille appelés à participer à la levée du corps, à la morgue, d’un parent décédé, en voie d’inhumation;
– faire limiter le nombre de corps à inhumer par jour.
S’agissant des activités pédagogiques, la Coordination nationale recommande de:
– autoriser la reprise des cours dans les établissements d’enseignement supérieur à compter du lundi 21 septembre 2020, en mode présentiel ou à distance ou encore en combinant les deux.
En mode présentiel, les enseignements se dérouleront en respectant scrupuleusement le protocole sanitaire qui sera élaboré par le ministère de la santé après consultation du ministère de l’enseignement supérieur et des directions des établissements concernés;
– fixer au lundi 1er février 2021 la date de la rentrée académique 2020-2021;
– fixer au lundi 12 octobre 2020 la rentrée scolaire pour les élèves des enseignements général, technique et professionnel.
Les cours en présentiel seront dispensés dans le strict respect du protocole sanitaire révisé par le ministère de la santé après concertation avec les ministères en charge des enseignements général et technique;
– autoriser l’organisation de l’enseignement à distance, à tous les niveaux de l’école primaire, du collège et du lycée, dans les grandes villes du pays notamment à Brazzaville et à Pointe-Noire.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

23 octobre 2020, 02: 49

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 4
  • 28
  • 1 640
  • 3 699
  • 463
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net