La Coordination nationale de gestion de la pandémie de coronavirus covid-19 s’est réunie pour la 34ème fois, lundi 28 février 2022, par visioconférence, sous le haut patronage du Président de la République, Denis Sassou-Nguesso. Elle a fait le constat que présentement, le nombre d’hospitalisation de malade covid est réduit à zéro dans tous les sites hospitaliers de prise en charge. Les gens privilégient les soins à domicile, en raison de la diminution des formes graves. Face à cela, elle a proposé au gouvernement, qui l’a entériné, des mesures d’assouplissement, dont la «levée totale du couvre-feu à Brazzaville et à Pointe-Noire», avec effet immédiat.
Parmi les mesures d’assouplissement prises, il y a aussi «la levée de la mesure de fermeture des boites de nuit et autres espaces clos et de loisirs, qui pourront désormais rouvrir. Les tenanciers et gérants de ces établissements devront cependant exiger de leurs clients la présentation de la preuve de leur vaccination; la reprise totale des activités sportives et de masse dans le strict respect des gestes barrières; la suppression des tests obligatoires jusqu’ici effectués lors de l’entrée sur le territoire congolais (aux aéroports, etc.) et la réouverture des frontières terrestres et fluviales de la République du Congo».
Cependant, «l’état d’urgence sanitaire, qui court jusqu’au 22 avril 2022, est maintenu jusqu’à cette date et le port conforme du masque individuel demeure obligatoire». De même, un test R.t-P.c.r négatif de moins de 72 heures au plus est exigé aux passagers à l’entrée au Congo, à l’exception des enfants de moins de dix ans. Par ailleurs, l’évolution de la situation épidémiologique implique: un renforcement de la communication; un dépistage associant le séquençage, c’est-à-dire une étude plus fine des variants; l’intensification de la vaccination et le renforcement de la prise en charge des cas à domicile.
Sur le plan économique, le gouvernement a reconnu que les mesures de lutte contre la pandémie de covid-19 ont eu pour conséquences une nette dégradation des finances publiques, une forte récession en 2020 et une forte augmentation du chômage couplée à l’aggravation de la situation des ménages les plus vulnérables. Face à cela, il a pris quatre importantes mesures:
1- mobiliser effectivement en 2022 l’enveloppe prévue de 6 milliards francs Cfa, en vue d’alimenter le Fonds de soutien aux entreprises;
2- limiter les contrôles administratifs, douaniers et fiscaux au strict respect des textes en vigueur;
3- garantir un meilleur traitement de la dette commerciale intérieure, pour une relance de la consommation et de l’investissement, en rendant opérationnel le plan d’apurement des arriérés de 201 milliards prévu pour l’année 2022;
4- renforcer le système de protection sociale au bénéfice des populations vulnérables par le respect du plancher mensuel des dépenses sociales de 30 milliards de francs Cfa, prescrit dans le programme F.m.i.