Championnat d’athlétisme d’Afrique centrale à Garoua

Les deux athlètes congolais accueillis en héros à Maya-Maya !

Les deux athlètes congolais, Emmanuel Serginio Tamba Elengha et Carole Marcia Kiyindou Banzouzi, et leur entraîneur God Nkoua, ont été accueillis en héros, vendredi 24 juin 2022, en début de soirée, à l’Aéroport international de Maya-Maya, à Brazzaville, à leur retour de Garoua, au Cameroun, où s’est tenu, du 18 au 19 juin 2022, le Championnat d’athlétisme d’Afrique centrale, à l’issue duquel ils ont remporté deux médailles d’or sur les 200 et 400 mètres, et deux médailles d’argent sur les 100 et 200 mètres dames, dans deux catégories, notamment les U18 et U20.

L’accueil était organisé par la Fédération congolaise d’athlétisme, avec à sa tête, son président, José Cyr Ebina. Deux athlètes pour quatre médailles, la moisson est tout simplement au-dessus de l’espoir que le Congo pouvait mettre dans sa participation à ce championnat, quand on sait que le sport congolais tisse du mauvais coton, par les temps qui courent. Cela se ressent par les résultats. Le manque de compétitions et l’insuffisance de subventions sont parmi les causes des difficultés auxquelles le sport congolais est confronté. D’où les contre-performances de nos athlètes qui ont du mal à s’imposer à l’extérieur du pays.

Porté en héros, après le triomphe de Garoua.
Porté en héros, après le triomphe de Garoua.

Cette situation ne décourage pas certains sportifs, très engagés à porter haut les couleurs du pays. C’est le cas d’Emmanuel Serginio Tamba Elengha et Mlle Carole Marcia Kiyindou Banzouzi, qui ont empoché quatre médailles à l’issue de leur participation au Championnat d’Afrique centrale d’athlétisme à Garoua, au Cameroun, à la grande satisfaction de l’entraineur God Nkoua ainsi que des membres de la fédération. C’est une récompense obtenue au bout de l’effort, de la détermination et du travail acharné, en se contentant des maigres moyens qui étaient mis à leur disposition.

Le président José Cyr Ebina s’est dit comblé par ce succès qui prouve que le Congo regorge de talents qui n’attendent qu’à s’exprimer. Et pour cela, il faut en créer les conditions. Raison pour laquelle il plaide pour un meilleur accompagnement de ces jeunes talents qui méritent, également, d’être encouragés et soutenus. «Ces enfants sont une pépinière et nous devons les entretenir pour que l’athlétisme Congolais continu de rayonner. Je ne suis qu’un accompagnateur, mais le plus grand travail a été fait par l’entraineur. Il y’a beaucoup d’héros dans l’ombre qui ont fait un travail de fond pour que nous ayons ces résultats».

Le président de la Fédération congolaise d'athlétisme (en veste), pendant l'accueil des deux athlètes à l'Aéroport international Maya-Maya.
Le président de la Fédération congolaise d’athlétisme (en veste), pendant l’accueil des deux athlètes à l’Aéroport international Maya-Maya.

Le président de la fédération congolaise d’athlétisme a tout de même reconnu quelques faiblesses au niveau de sa fédération qui n’a pas su ramener tôt les athlètes au lieu de la compétition. «On s’y est pris tard! Les enfants sont partis en retard et ont fait un long voyage. N’eut été cette situation, Mme Carole Marcia Kiyindou Banzouzi aurait pu avoir une médaille d’or», a-t-il expliqué.

Pour les 18èmes Championnats du monde d’athlétisme qui se déroulent du 15 au 24 juillet 2022, à Eugene, dans l’État de l’Oregon, aux États-Unis, le président de la fédération sollicite l’appui du gouvernement et des opérateurs économiques pour une meilleure préparation des athlètes congolais. «Le Congo est un pays noble, pourquoi faut-il que nous nous présentions aux compétitions de manière camouflée? Nous voulons, désormais, nous y rendre dans les meilleures conditions», a-t-il fait savoir.

Pour les deux médaillés congolais, cette participation au championnat d’Afrique centrale d’athlétisme a été d’une grande expérience. Ils ont promis redoubler d’efforts, pour honorer davantage notre pays lors des grandes compétitions.

Roland KOULOUNGOU