Festival Mantsina sur scène

L’Association Tchicaya U Tam’si a présenté la pièce de théâtre «Tous les enfants dispersés»

Président de l’Association Tchicaya U Tam’si, comédien, metteur en scène et réalisateur, Antoine Yirika a fait savoir, dans une interview accordée à notre rédaction, que sa troupe a présenté, mardi 20 décembre 2022, la pièce théâtrale intitulée, «Tous les enfants dispersés» de l’écrivaine rwandaise vivant en France, Beata Umubyeyi Mairesse, à la 19ème édition du Festival Mantsina sur scène, qui a eu lieu du 13 au 22 décembre 2022, à Bacongo, le deuxième arrondissement de Brazzaville. Il parle, également, des perspectives après cette rencontre culturelle qui rassemble les groupes venus de plusieurs coins du monde (France, Guyane, RD Congo, Cameroun et du Congo-Brazzaville).

* Votre troupe théâtrale a été retenue pour prester au Festival Mantsina sur scène. Comment cela est-il arrivé?

** Le Festival Mantsina sur scène, c’est un évènement qui se tient, depuis 2003, au mois de décembre de chaque année à Brazzaville. Cette année, c’est la 19ème édition de ce festival. Cela arrive à point nommé, parce que ce rendez-vous culturel coïncide avec l’avancement de notre atelier, pour le spectacle intitulé, «Tous les enfants dispersés», de Beata Umubyeyi Mairesse, tiré du roman de cette écrivaine rwandaise résidant en France et qui a eu le Prix des cinq continents en 2019.

Antoine Yirika, président de l'Association Tchicaya U Tam'Si.
Antoine Yirika, président de l’Association Tchicaya U Tam’Si.

La République du Congo fait partie de cette organisation qui s’occupe de la sélection des romans qui paraissent, chaque année, au niveau de la Francophonie. Dans la foulée, il y a une association culturelle Longo, à Brazzaville, que dirige Blaise Bilombo Samba, qui a expressément demandé que nous prenions un extrait de ce roman, pour en faire la promotion au niveau du théâtre. C’est un projet qui a démarré en 2021. Il y a six mois, nous avons fait une lecture de cet extrait aux Dépêches de Brazzaville. Suite à quoi nous avons eu l’aval de procéder à la réalisation de cette pièce. Cette année, nous avons suffisamment avancé et nous avons été sélectionnés pour faire partie des troupes théâtrales retenues par le Festival Mantsina sur scène.

* Pouvez-vous nous parler de l’Association Tchicaya U Tam’si?

** Notre association est née des cendres d’une troupe qui avait été créée dans les années 90 qu’on appelait «Théâtre du scorpion». Un transfuge de la troupe artisanale Ngunga, à l’époque. Avec le temps, nous avons pensé d’être mieux organisés autour d’une O.n.g. Nous avons donc créé cette association qui se consacre à la création et aux activités socio-culturelles. Il y a, également, des actions de développement. Puisque dans notre parcours, nous avons fait réaliser des programmes d’encadrement des jeunes désœuvrés, au sortir de la guerre du 18 décembre 1998 à 2000, qui étaient financés par l’Unicef.

* Est-ce que la troupe a eu à se produire hors du Congo?

** Effectivement! Nous avons joué «Ces fruits si doux de l’arbre à pain» de Tchicaya U Tam’si, au Gabon, au Tchad et au Cameroun; «Meledouman» qui est tiré de la «Carte d’identité» de Jean-Marie Adiaffi, où nous avons eu la collaboration d’un jeune metteur en scène français, qui s’appelle Philippe Adrien, avec qui nous avons effectué une tournée en Afrique centrale et en France. Nous avons aussi joué d’autres pièces qui ont connu une tournée internationale, notamment «Fantasmagorie», tirée des textes de nouvelles de Jean-Baptiste Taty-Loutard. Cette pièce non seulement qu’elle a été jouée au Congo, mais elle nous avait aussi amenés au Gabon où nous avions participé au Festival du théâtre gabonais.

* Après Mantsina, qu’est-ce qui pointe à l’horizon?

** Après ce festival, nous allons voir. Parce que c’est encore une avant-première. Je pense que nous allons continuer à peaufiner les spectacles et, à ce moment-là, nous verrons avec nos partenaires, comment les promouvoir à l’intérieur du pays, mais aussi, au-delà de nos frontières.

Propos recueillis par Achille TCHIKABAKA