Justice populaire à Makélékélé: trois kuluna sauvagement massacrés !

Tôt le matin du vendredi 30 décembre 2022, les habitants du Quartier Moukoundzi-Ngouaka, dans le premier arrondissement, Makélékélé, à Brazzaville, sur l’avenue en terre qui longe la direction de l’Eglise évangélique et le magasin Asia, partant de l’Avenue de l’O.u.a, vers le Marché Total, ont vécu une scène effroyable du massacre, à coups de pierres, de barres de fer, de gourdins, etc, de trois jeunes kuluna. La police n’est venue que pour faire le constat et faire retirer les corps calcinés des trois malheureux bandits.

Selon des témoignages, le drame s’est passé vers 5h du matin. Un groupe de 8 kulunas armés de machettes, dont un d’une arme P.m.ak, rançonnait les passants, notamment les vendeurs qui vont très tôt au marché. Ils ont ravi de l’argent à un taximan qui a réussi finalement à s’enfuir après, à bord de son taxi. C’est lui qui est allé alerter les jeunes chargeurs de bus et autres gardiens de parking de véhicules sur l’Avenue de l’O.u.a, vers le Marché Total (aujourd’hui Bernard Kolélas), de la présence de ce groupe de 8 bandits.

Kulunas tués.
Kulunas tués.

Connaissant bien leur quartier, les jeunes se sont organisés en appelant leurs amis et ont tendu un guet-apens aux kulunas. Ils en ont attrapé trois qu’ils ont désarmés, les autres ayant réussi à prendre la fuite. Ils ont commencé à les tabasser jusqu’à ce que la foule, attiré par les cris qui fusaient, a grossi. Les trois kulunas ont été finalement massacrés par lapidation et leurs corps ont été ensuite brûlés.

Lassées par le phénomène de gangstérisme sanglant appelé kuluna, importé de Kinshasa, et qui implique des jeunes de moins de 25 ans et des adolescents voire des enfants, les populations se montrent sans pitié et ce qui vient de se passer à Mounkoundzi-Ngouaka est une chaude alerte contre la présence des bandits kuluna dans les quartiers, même si la justice populaire n’est pas à encourager.

Urbain NZABANI