Sélectionner une page

Justice : Le procès de l’ancien maire Christian Roger Okemba démarre le 6 juillet

Justice : Le procès de l’ancien maire Christian Roger Okemba démarre le 6 juillet

Longtemps attendu, le procès de l’ancien maire de Brazzaville, Christian Roger Okemba, et des personnes concernées par son affaire va démarrer lundi 6 juillet 2020, au Palais de justice, devant la Cour d’appel de Brazzaville, dans le cadre de sa session criminelle du mois de juillet, sous la direction de son premier président, Christian Oba. L’ancien maire est poursuivi pour «détournement des deniers publics et prise illégale d’intérêt ou d’avantage dans un acte». Rien n’indique que ce procès sera retransmis en direct à la radio et à la télévision nationales, comme on l’a suivi à Kinshasa, capitale de la RD Congo, avec le procès Vital Kamhere, du nom de l’ancien directeur de cabinet du Président Félix Tshisekedi.

Christian Roger Okemba fut suspendu de ses fonctions de président du Conseil départemental et municipal, maire de Brazzaville, par arrêté n°4831 du 28 février 2020, signé par le ministre de l’intérieur et de la décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou, pour des «irrégularités constatées dans la gestion administrative et financière de la commune». Cette décision était intervenue après la déclaration signée par 67 conseillers départementaux et municipaux sur 101, dénonçant le détournement de fonds publics au conseil.
Le ministre de l’intérieur et de la décentralisation avait aussi pris la décision de faire bloquer une somme d’un milliard deux cent millions de francs Cfa, dont le maire Okemba avait ordonné au trésorier payeur général le virement sur le compte d’une société privée, Af-Nora, à la Banque B.s.c.a. «Il se trouve que la ressource virée serait un appui budgétaire du gouvernement au profit de la mairie de Brazzaville, mais versée dans le compte d’une structure privée. Cette situation appelle des investigations des corps de contrôle de l’Etat, conformément aux règles de transparence régissant la gestion des finances publiques. Une procédure est en cours en vue d’obtenir une ordonnance de saisie conservatoire des fonds», précisait le ministre de l’intérieur, dans un courrier adressé au directeur général de la B.s.c.a à la date du 24 février 2020.
Dans leur pétition, les élus locaux de la capitale avaient «ouvertement et collectivement dénoncé et désapprouvé la gestion financière solitaire et non orthodoxe du président du conseil, Christian Roger Okemba, tout en soulignant qu’il convient d’y mettre un terme pour sauvegarder les intérêts de la collectivité locale de Brazzaville».
Ce dernier a été définitivement remplacé à la mairie de Brazzaville par Dieudonné Bantsimba, élu par les conseillers municipaux le 22 mai dernier.
Place maintenant à la Justice, pour tirer au clair cette affaire de détournement de fonds et de mauvaise gestion financière. Il semblerait que le principal accusé réclame un procès public et télévisé, car il veut tout déballer: pourquoi il avait placé l’argent de la mairie dans le compte de sa fille. Ce sera sans nul doute un procès public, mais sera-t-il retransmis en direct sur les ondes nationales? On ne saurait le dire, pour le moment.
Quoiqu’il en soit, l’heure de vérité a sonné et l’opinion veut savoir ce qui s’est réellement passé dans cette affaire où est également impliqué le directeur général du budget, Christian Nicolas Okandzi, et cinq autres personnes.
Docteur en sciences politiques et enseignant-chercheur à l’Université Marien Ngouabi, Christian Roger Okemba (60 ans), candidat de la majorité présidentielle, avait été élu président du Conseil départemental et municipal, maire de Brazzaville, le 24 août 2017, par 82 voix sur 98 votants, pour un mandat de cinq ans.
Suspendu, il avait été écroué à la Maison d’arrêt, après l’enquête du procureur de la République.

Chrysostome
FOUCK ZONZEKA

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 octobre 2020, 00: 59

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 1
  • 18
  • 1 628
  • 3 801
  • 488
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net