En présence du général de police de première classe Albert Ngoto, commandant de la sécurité civile, et du commandant en second, le colonel de police Serge Pépin Itoua-Poto, le commandement de la sécurité civile a célébré, mardi 1er mars 2022, dans la caserne principale des sapeurs-pompiers, à Brazzaville, la journée mondiale de la protection civile, sous le thème: «Protection civile et gestion des populations déplacées en cas de catastrophes et de crise, rôle des volontaires et lutte contre la pandémie». Dans un point de presse animé par le commandant de police Romaric Mengué Matondo, directeur administratif et du personnel au Commandement de la sécurité civile, en des officiers, sous-officiers et hommes de rang du Commandement de la sécurité civile, il a été indiqué que cette journée «vise à attirer l’attention particulière des pouvoirs publics et des populations sur les missions de la sécurité civile, la gestion des catastrophes, la protection des personnes, des biens et de l’environnement».

Le thème de la journée mondiale de la protection civile de cette année s’inscrit dans «le registre de la prévention et de la préparation aux situations d’urgence», a expliqué le commandant de police Romaric Mengué Matondo. Il s’agit en amont de faire de la prévention une nécessité impérieuse, en incluant des programmes d’information, de sensibilisation de vulgarisation et d’évacuation durant les catastrophes naturelles, humaines et technologiques qui surviennent. Contrairement à la préparation qui appelle, en aval, la mise en place des politiques de réponses à ces catastrophes.
Le Congo qui a ratifié les accords internationaux en matière de sécurité, entend développer la stratégie nationale de prévention, en prenant en considération les objectifs fixés dans le cadre d’action de Sendai au Japon, couvrant la période 2015-2030, pour la réduction des risques de catastrophes. Parmi ces risques liés aux catastrophes et aux crises figurent le déplacement des populations qui abandonnent leurs foyers et leurs communautés pour se réfugier à l’intérieur de leur propre pays, tandis que d’autres franchissent les frontières internationales. L’exemple des déplacés des explosions survenues le 4 mars 2012 à Brazzaville.
La synergie a été l’approche adoptée par le gouvernement, à travers la mise en place d’une commission technique interministérielle qui a dénombré près de 25.000 déplacés pris en charge par le gouvernement, notamment par les acteurs impliqués dans l’action humanitaire, parmi lesquels la sécurité civile.
Cette célébration a aussi été l’occasion de rappeler, en ce qui concerne la pandémie de covid-19, qu’aux côtés des autres composantes de la Force publique, notamment dans le cadre de l’opération «Mobikissi», il y a l’action de la sécurité civile. Pendant le confinement et sous le règne du couvre-feu, les résultats ci-après ont été enregistrés: 2.692 femmes dans les douleurs de l’enfantement ont été conduites du domicile ou de la voie publique vers un service hospitalier; 33 accouchements réalisés dans les ambulances de la sécurité civile; 2 sur la voie publique; 2 à domicile. Le siège du Commandement de la société civile a été retenu comme site de vaccination contre la covid-19. Depuis le 25 mars 2021, 12.770 personnes y ont été vaccinées.
Depuis la création, en 1972, de l’O.i.p.c (Organisation internationale de la protection civile), en tant qu’organisation intergouvernementale, la journée mondiale de la protection civile est célébrée le 1er mars de chaque année.

Joseph
MWISSI NKIENI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici