Instituée à l’initiative du Rotary international et ses nombreux partenaires à travers le monde, grâce à la mobilisation de l’O.m.s (Organisation mondiale de la santé), l’Unicef et des O.n.gs internationales, la journée mondiale contre la polio, célébrée le 24 octobre de chaque année, a permis de mener des actions qui, depuis 25 ans, ont permis d’obtenir des résultats spectaculaires dans le recul de cette maladie. Un monde sans polio n’est plus un rêve, on y est presque.
Au début des années 90, la poliomyélite touchait 350.000 personnes par an dans 125 pays. Elle était encore une des maladies les plus redoutées, paralysant des milliers d’enfants tous les ans et provoquant de nombreux décès. Depuis cette époque, les campagnes de vaccination ont permis de faire reculer le fléau et on observe un déclin rapide. De nombreuses zones de la planète sont débarrassées presque complètement de la maladie.
Il reste encore des points noirs, avec trois pays qui constituent des foyers de résistance à la polio. Il s’agit du Nigéria, du Pakistan et de l’Afghanistan. Les efforts entrepris doivent y être poursuivis, pour arriver à une disparition totale de la maladie.
La République du Congo n’est pas épargnée par la poliomyélite. En novembre 2010, le gouvernement avait dû organiser, avec l’appui de l’O.m.s, l’Unicef, Rotary international, M.s.f (Médecins sans frontières) et du C.d.c-Atlanta (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies), une vaste campagne de vaccination dans les Départements de Pointe-Noire, Kouilou, Niari et Bouenza, après la détection du poliovirus sauvage de type 1, suite à des investigations en rapport avec l’épidémie qui s’était déclarée notamment dans la ville de Pointe-Noire. Quelque 150 personnes étaient mortes en octobre et 330 cas de paralysie flasque aiguë étaient enregistrés. Grâce à la vaccination de masse ciblant plus de 3 millions de personnes de tous âges, la flambée de l’épidémie de polio était enrayée.
En mai 2021, le gouvernement, toujours avec l’appui de ses partenaires traditionnels dans la lutte contre la polio, avait de nouveau organiser une campagne de vaccination ciblant les enfants âgés de 0 à 5 ans dans l’ensemble du pays, pour éradiquer le poliovirus non sauvage qui subsistait encore dans le pays. Et pour mieux combattre ce virus, le P.e.v (Programme élargi de vaccination) s’est doté d’un centre des opérations d’urgence polio, à Brazzaville, pour «faciliter la collecte, la conservation et le traitement des données».
«La poliomyélite est une infection virale qui se transmet d’une personne à l’autre, principalement par voie fécale-orale ou, moins fréquemment, par de l’eau ou des aliments contaminés et qui se multiplie à l’intérieur des intestins. La polio se manifeste par différents symptômes comme la fièvre, la fatigue, les vomissements, la raideur de la nuque et les douleurs dans les membres. Dans certains cas, elle se caractérise aussi par des paralysies irréversibles et l’arrêt du développement osseux. Bien qu’il n’existe pas de traitement contre la poliomyélite, la maladie peut être évitée par l’administration d’un vaccin simple et efficace», rappelle le site «Allo docteurs Africa».
A Brazzaville, la célébration de la journée mondiale contre la polio a été marquée, dimanche 23 octobre, par une marche pour sensibiliser la population sur la nécessité de vacciner les enfants de 0-5 ans. Partie de la Basilique Sainte-Anne, cette marche a convergé vers la Place du Rotary, à Bacongo, et a permis de poser des banderoles dans quelques C.s.i (Centre de santé intégrés).
Lundi 24 octobre, une conférence sur la polio et les moyens de combattre cette maladie a eu lieu à l’Institut Jean Joseph Loukabou, situé au sein du C.h.u (Centre hospitalier et universitaire).

Urbain NZABANI