Sélectionner une page

Journée internationale de la femme rurale : «Femmes congolaises engagées dans la production nationale»

Journée internationale de la femme rurale : «Femmes congolaises engagées dans la production nationale»

Dans sa résolution 62/136 du 18 décembre 2007, l’Assemblée générale des Nations unies a fait du 15 octobre la journée internationale annuelle des femmes rurales. Connue depuis 2008 sous le nom de Journée internationale des paysannes, cette journée est, depuis 2012, répertoriée comme la Journée internationale de la femme rurale. Toutefois, c’est dans un contexte de crise sanitaire aiguë due à la pandémie de covid-19 que le monde s’apprête à la célébrer, sous le thème: «Femme rurale et sécurité alimentaire dans le contexte post-covid-19». Sur le plan national, le thème retenu est: «Femmes congolaises engagées dans la production nationale».

Logiquement, la Journée mondiale de la femme rurale devrait se présenter non seulement comme une tribune de reconnaissance des mérites et l’apport considérable des femmes rurales au développement socioéconomique de leurs pays, mais également comme une occasion pour sensibiliser l’opinion publique sur la nécessité de mettre en œuvre des actions plus concrètes, en vue d’améliorer les conditions de vie et de travail de ces femmes.
Mais, contre toute attente, la pandémie de covid-19 a changé la donne, en volant la vedette et en s’imposant sur tous sujets susceptibles d’être traités dans le monde. Ainsi, nous scinderons notre travail en deux parties, à savoir: les conséquences de la pandémie de covid-19 sur le monde rural, à travers le monde, puis ses conséquences et les résolutions prises en Afrique.
Nous pouvons affirmer qu’avant la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus, le nombre d’individus vivant dans l’extrême pauvreté avait reculé à l’échelle mondiale. En effet, environ un milliard de personnes vivaient dans des conditions inacceptables dont la majorité se trouvait en zone rurale, avec des taux de pauvreté en milieu rural plus élevés que ceux des zones urbaines, dans toutes les régions du monde.
Ainsi, l’année 2020 aurait dû être marquée par une nouvelle réduction de l’extrême pauvreté. Cependant, à cause de cette pandémie, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté devrait continuer à augmenter et ainsi s’élever à environ 150 millions de personnes, d’ici à 2021. Les nouveaux pauvres sont urbains et moins susceptibles de travailler dans l’agriculture que ceux qui vivaient dans la pauvreté avant la pandémie.
Bien que les effets sanitaires de la pandémie ne soient pas aussi marqués en milieu rural que dans les centres urbains, les mesures de lutte créent de nouvelles difficultés pour les femmes rurales, s’agissant du rôle que celles-ci jouent dans la sécurité alimentaire de leurs foyers en tant que productrices agricoles, gestionnaires d’exploitation, transformatrices, commerçantes, employées ou encore chefs d’entreprises.
En réalité, les femmes rurales sont touchées de manière disproportionnée par les crises sanitaires et économiques sur plusieurs plans notamment: la sécurité alimentaire et la nutrition; le manque de temps; l’accès aux établissements de santé, aux services et aux débouchés économiques et la violence sexiste. En outre, la covid-19 accroît la charge qui pèse sur les femmes, en raison des fermetures d’écoles et des soins supplémentaires à apporter aux membres de la famille malades.
Par ailleurs, si les citadins sont de plus en plus affectés, les pauvres restent majoritairement ruraux. Quatre personnes sur cinq vivant sous le seuil de pauvreté international résident dans des zones rurales, bien que la population rurale ne représente que 48% de la population totale. Trois forces convergentes sont à l’origine de cette augmentation de la pauvreté mondiale: la covid-19; les conflits armés et le changement climatique.
De nombreux pays africains ont été félicités pour avoir mené une campagne efficace de lutte contre la propagation du coronavirus, malgré la réputation de fragilité du système de santé publique. Néanmoins, la pandémie de covid-19 a marqué le début d’une crise qui touche la santé, l’éducation, l’économie et la sécurité alimentaire dans la région. Toutefois, cette pandémie est devenue une crise sans précédent qui affecte fortement les moyens de subsistance, la stabilité socio-économique et la sécurité de nombreuses familles et communautés en Afrique. L’incertitude, les mesures de prévention et de confinement contre la pandémie ont introduit de profondes perturbations qui ont eu de graves effets et posé des défis uniques, en particulier aux femmes et filles du continent. Certains des défis menacent d’annuler les gains accumulés sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.
La contribution inestimable des femmes joue un rôle essentiel et incontournable dans les économies rurales. Elles constituent une large part de la main d’œuvre agricole, formelle et informelle, effectuant la grande majorité des tâches domestiques et des soins. Leur contribution se manifeste également de manière significative dans la production agricole, la sécurité alimentaire, la nutrition, la gestion des terres et des ressources naturelles et dans le renforcement des capacités d’adaptation face aux changements climatiques. L’intelligence agricole féminine est notamment visible dans les activités visant à préserver la diversité biologique. Les femmes rurales disposent d’une connaissance fine de leur écosystème et possèdent des savoirs diversifiés, que ce soit sur les plantes cultivées ou encore des connaissances spécifiques sur le maintien du cycle de reproduction des espèces végétales et animales. Cependant, bien que le travail féminin soit souvent invisible et non rémunéré, la charge de travail augmente régulièrement.
Ainsi, il serait souhaitable de soutenir le leadership et la participation des femmes rurales à l’élaboration de lois, de stratégies, de politiques et de programmes concernant toutes les questions qui affectent leur existence, y compris l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et des moyens de subsistance en milieu rural. Une fois émancipées, les femmes ont une plus grande capacité de réaction face aux changements climatiques et jouent un rôle important dans l’adoption de technologies à faibles émissions de carbone, dans la diffusion de connaissances sur le climat et peuvent inciter davantage leur entourage à l’action.
De nombreuses études s’intéressent à la place de la femme rurale en Afrique, avec d’utiles informations sur les disparités liées au genre dans l’accès aux ressources productives et les contrôles sur les ressources et les opportunités d’autonomisation qui leurs sont offertes.
Des programmes tels que l’Entreprenariat rural et féminin (E.f.r) de l’Onudi a pour objectif de contribuer à la réduction de la pauvreté par le développement de l’entreprenariat, en insistant sur le développement rural et l’égalité des sexes. Sachant que le continent africain est aujourd’hui le leader mondial en matière d’entreprenariat des femmes. On mesure à quel point la pleine réalisation de leur potentiel économique pourrait contribuer massivement à la croissance et à la prospérité du continent.

Lydie-Patricia ONDZIET
Présidente de l’Association la Trinité;
Membre de l’Association Panafricaine d’Aquitaine;
Membre de la Plateforme des Associations Féminines de Développement.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

20 octobre 2020, 12: 43

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 39
  • 37
  • 1 681
  • 3 551
  • 424
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net