Passations de service au gouvernement

Jean-Baptiste Ondaye et Ludovic Ngatsé promettent d’être dans le sillage d’Andély

Nommés respectivement ministre de l’économie et des finances et ministre du budget, des comptes publics et du portefeuille public, dans le gouvernement Makosso 2, Jean-Baptiste Ondaye et Ludovic Ngatsé ont pris leurs fonctions, mardi 27 septembre 2022, à l’issue des cérémonies successives de passation de service avec leur prédécesseur, Rigobert Roger Andely, qui était ministre des finances, du budget et du portefeuille public, dans le gouvernement Makosso 1. Ainsi, l’immeuble de l’ex-B.c.c (Banque commerciale congolaise), au centre-ville de Brazzaville, abrite désormais deux ministères aux prérogatives égales.

Ancien secrétaire général de la Présidence de la République, Jean-Baptiste Ondaye a démarré ses fonctions au sein du gouvernement sur les chapeaux de roues. Pas de répit pour cet économiste chevronné qui a encore un pied à la Présidence de la République où il attend son successeur au poste stratégique qu’il a occupé pendant des années.

La passation de service entre Jean-Baptiste Ondaye et Rigobert Roger Andély.
La passation de service entre Jean-Baptiste Ondaye et Rigobert Roger Andély.

En lui passant le témoin, Rigobert Roger Andély lui a avoué qu’en quinze mois de gouvernance au Ministère des finances, il n’a pas eu le temps nécessaire de résoudre tous les problèmes liés à ce secteur. Il a néanmoins reconnu qu’il a pu faire avancer beaucoup d’entre eux, comme le dossier de la dette congolaise. Il a remercié les partenaires financiers internationaux comme la France, la Chine, les Etats-Unis et la Russie, qui ont permis d’amorcer le désendettement du Congo.

Son successeur, Jean-Baptiste Ondaye, l’a tout de suite rassuré de consolider ces acquis. «C’est sous le signe, notamment de la consolidation de précieux acquis obtenus par notre pays dans le domaine des finances publiques, sous votre magistère, Monsieur le ministre sortant, que j’entends placer mon action. C’est la raison pour laquelle je ne vais pas me priver de recourir à vos précieux conseils, pour la conduite de mon action dans ce département», a-t-il fait savoir.

Jean-Baptiste Ondaye a aussi tenu à rassurer les collaborateurs. «Je voudrais, également, compter sur la disponibilité, la compétence et l’efficacité des cadres et agents de ce ministère dont le caractère stratégique pour la bonne marche de l’Etat et de la Nation ne nécessite aucune démonstration», a-t-il dit.

Les argentiers congolais, Ludovic Ngatsé et Jean-Baptiste Ondaye.
Les argentiers congolais, Ludovic Ngatsé et Jean-Baptiste Ondaye.

Dans la deuxième cérémonie, Rigobert Roger Andély a couvert d’éloges son successeur, Ludovic Ngatsé, dont il a reconnu les compétences. «Permettez-moi de profiter de cette occasion pour vous remercier, à titre personnel, d’avoir été ministre délégué à mes côtés, avec beaucoup d’efficacité, beaucoup de discipline et respectueux de la hiérarchie. Voilà des qualités qui ont tendance à disparaître dans les administrations publiques du congolaises. Monsieur le ministre, je suis rassuré et convaincu que vous accomplirez, sans aucun doute, la mission que le Chef de l’Etat vous a confiée. Et ceci pour trois raisons.

D’abord, au niveau du budget où vous avez accumulé beaucoup d’expériences, aussi bien aux côtés du ministre Calixte Nganongo qu’à mes propres côtés. Et vous nous avez beaucoup apporté sur ce point, de par votre formation d’expert-comptable. 

Ensuite, je suis également rassuré sur le volet «comptes publics». Et là, vous êtes, une fois de plus, dans votre domaine, parce que, lorsque je vous ai connu, j’étais vice-gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (B.e.a.c.), à Yaoundé, et vous étiez mon commissaire aux comptes. J’avais déjà apprécié vos qualités dans ce domaine. Et je suis sûr que vous mettrez ces qualités non plus au profit des cabinets privés, mais cette fois, au profit de notre pays.

Enfin, je suis optimiste au sujet de votre future gestion du portefeuille public, grâce à votre back-ground. De plus, vous connaissez les entreprises d’Etat sous tutelle, pour les avoir auditées au Cabinet privé Ernst & Young, et pour les avoir suivies en qualité de ministre délégué chargé du budget. Je suis certain que vous y apporterez une véritable valeur ajoutée. Parce que, moi, en un an, le nez dans le guidon, pour réduire la dette; le nez dans le guidon, pour rétablir la crédibilité financière de notre pays, je dois l’avouer, je n’ai pas eu beaucoup de temps pour ce secteur important de notre économie. Je suis sûr, Monsieur le ministre, que vous consacrerez beaucoup de temps dans ce secteur».

Ce à quoi le ministre Ngatsé a répondu, entre autres, en promettant de poursuivre le travail dans cet élan. «Pour le gros travail qu’on accompli à la tête de ce ministère et pour lequel vous avez suivi les résultats probants en cours, notamment avec le rétablissement progressif de nos équilibres macro-économiques et nos relations avec nos partenaires extérieurs, nous disons à tous, que nous allons poursuivre les efforts de rétablissement des équilibres macroéconomiques et du retour à la stabilité budgétaire de notre pays. Notre gestion devra toujours préserver la soutenabilité de la dette et de nos financements», a-t-il déclaré.

Hier ministère unique, aujourd’hui scindé en deux, le Ministère en charge de l’économie et des finances et celui du budget, des comptes publics et du portefeuille public sont attendus au tournant. Il y a lieu d’espérer que c’est pour gagner en efficacité comme le Président de la République l’a demandé à son Premier ministre Collinet Makosso. On est là dans des domaines similaires aux sports: ce sont les résultats qui parlent. Et c’est ce qu’attendent les Congolais, car la comparaison avec le ministre sortant sera difficile à éviter.

Jean-Clotaire DIATOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici