La cérémonie de vœux à l’assemblée nationale, qui a eu lieu le jeudi 12 janvier 2023, a été l’occasion pour le président de la chambre basse du parlement, Isidore Mvouba, de définir la feuille de route de son institution pour la nouvelle année qui a commencé. Dans le discours qu’il a prononcé, en réponse à celui du premier secrétaire du bureau de l’assemblée nationale, Fernand Sabaye, il a souhaité que l’année 2023 soit celle d’un nouvel élan, une année «placée sous le signe du dévouement, du travail ingénieux et laborieux accompli hors des sentiers battus, loin de la routine paralysante». Selon lui, «les conditions sont maintenant réunies pour que notre chambre dispose, désormais, d’un important outil d’aide aux réformes et à la modernisation, ainsi qu’à la décision». Voici l’essentiel de son discours.

«De manière cadencée et rythmée, les années s’égrènent, les unes après les autres, emportant à l’infini du temps qui passe, au travers de sa marche inexorable, des cortèges d’évènements divers et variés. C’est ainsi que 2022 a cédé le pas à 2023.

Le plénium des députés suivant attentivement le discours du président de l’Assemblée nationale
Le plénium des députés suivant attentivement le discours du président de l’Assemblée nationale

De fait, nous nous réunissons ce jour, dans l’allégresse et la paix, à l’occasion de la cérémonie de présentation des vœux du nouvel an au niveau de notre chambre. Cette rencontre scande la 15ème législature portée sur les fonts baptismaux, aux lendemains de la célébration du 62ème anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale. Les jalons de la présente législature ont été bien posés, les fondements solidement établis, et les marques parfaitement fixées. Le travail a commencé avec force et courage.
Pour preuve, la tenue de la première session ordinaire budgétaire s’est soldée par une moisson aussi abondante que fructueuse. De même, à notre actif, l’on peut citer l’organisation réussie du congrès du 28 novembre 2022. A cette solennelle et mémorable occasion, le Président Denis Sassou-Nguesso a délivré un message qui a peint le Congo dans ses atours les plus chatoyants, preuves d’un pays en marche vers les berges illuminées de l’émergence. Nous comprenons ainsi que le Congo doit beaucoup, sinon tout, à Denis Sassou-Nguesso qui, sans ménager ni son temps, ni son énergie, pilote le navire Congo avec efficacité, que ce soit par temps calme ou par temps agité. (…)

Une vue des députés pendant la cérémonie de voeux.
Une vue des députés pendant la cérémonie de voeux.

Un esprit éclairé a dit, je cite: «Nouvel an, nouvel élan», fin de citation. Tel est mon vœu ardent pour l’an 2023 que je souhaite placer sous le signe du dévouement, du travail ingénieux et laborieux accompli hors des sentiers battus, loin de la routine paralysante. C’est un challenge. Je convie chacune et chacun d’entre nous, élus comme cadres nommés, à s’occuper de cet objectif.
Aussi, tout au long «des heures si belles que nous passerons ensemble» cette année, tel est mon plus ardent souhait, devrions-nous garder à l’esprit, ce que le Président de la République ne cesse de stigmatiser, à savoir le cycle pernicieux «de la construction-destruction-reconstruction».
Honorable Premier secrétaire, les solutions aux différents défis que vous avez soulevés dans votre propos se trouvent dans le lancement effectif et la mise en œuvre du plan stratégique de développement et de modernisation de l’Assemblée nationale. C’est un travail ardu que nous devons commencer, sans tergiverser, cette année. En effet, les conditions sont maintenant réunies pour que notre chambre dispose, désormais, d’un important outil d’aide aux reformes et à la modernisation, ainsi qu’à la décision. Les réformes doivent être menées, bien sûr, sans flétrir l’âme de notre institution, en veillant à l’équilibre des devoirs et missions des uns et des autres, dans le strict respect de notre règlement intérieur.
En outre, je tiens à souligner que le renforcement des capacités des députés et du personnel sur des thématiques de l’heure est un levier important de nature à améliorer notre efficacité et notre efficience. A cela, il faut ajouter, au titre des préoccupations majeures de notre chambre, l’opérationnalité de la chaîne parlementaire, qui est un outil indispensable pour une communication de qualité. Raffermir davantage les liens avec les parlements amis passe, naturellement, vous le savez tous, par une coopération parlementaire agissante. (…)
C’est ainsi que j’invite à plus de créativité et d’ingéniosité aussi bien les commissions permanentes, les unions interparlementaires que les groupes d’amitié. Pour tout dire, je sais compter sur le savoir-faire des honorables députés qui sont déjà à la tâche, dans l’unité et l’harmonie.
C’est ici l’occasion de nous féliciter des relations de grande fraternité qui existent si heureusement entre notre chambre et la chambre haute. C’est aussi le lieu de dire tout du bien du Secrétariat général qui s’est engagé sur la discipline des cadres et agents de notre institution qui, ces derniers temps, font montre d’un regain de ponctualité. C’est un effort à maintenir. (…)
Permettez-moi de saluer l’amitié indéfectible qui lie les peuples congolais et chinois, leurs Excellences, les Présidents Denis Sassou-Nguesso et Xi Ji Ping, qui nous a permis de disposer d’un siège de grande dignité. Il nous incombe désormais le devoir impérieux de maintenir ce bel édifice dans la magnificence. Un tel objectif passe par une grande propreté des lieux. C’est une tâche au quotidien».