Fondateur de «la pensée stratégique endogène africaine», homme des médias, Patrice Passy, directeur de l’Inis (Institut national d’intelligence stratégique), a convié les journalistes à un petit-déjeuner de presse, samedi 14 mai 2022, à son domicile à Brazzaville. Histoire de créer les conditions d’un échange convivial, sur le traitement de l’information concernant son institut. Dans son mot préliminaire, il a tout d’abord exprimé sa reconnaissance à l’endroit de la presse congolaise pour le travail qu’elle abat pour la consolidation de la démocratie dans notre pays, avant de relever les défaillances constatées dans le traitement de l’information nationale, d’une part, et concernant l’Inis, d’autre part. Ancien conseiller à la communication à la Primature, Patrice Passy est un expert du domaine qui roule sa bosse jusqu’au niveau international.
Consultant international au B.i.t (Genève), il est expert international à l’Agence pour la promotion des investissements et président de l’Université des connaissances africaines.
Durant sa rencontre avec ses collègues de la presse nationale, il a proposé quelques pistes de solutions, pour améliorer la qualité du traitement de l’information, soigner l’image en bannissant certaines pratiques avilissantes, la couverture de l’information contre rétribution, etc. Le directeur de l’Inis a proposé aux professionnels de l’information et de la communication un partenariat gagnant-gagnant qui s’articule autour d’une connivence d’intérêts entre les deux parties.
Patrice Passy a fait savoir que son institut s’emploiera à rassembler, autour des sujets de développement, le gotha politique et/ou socioéconomique du pays, pour permettre aux journalistes non seulement de faire la couverture médiatique de ces rencontres, mais encore d’en profiter, pour contacter ces décideurs dans l’objectif de décrocher des contrats payants.
Pour mettre en branle ce partenariat gagnant-gagnant, l’Ines organisera, le 24 mai prochain à Brazzaville, la troisième édition de ses conversations stratégiques appelées «Matinales de l’intelligence économique» sur le thème: «La cybercriminalité dans les banques congolaises». Objectif: informer et former les étudiants, les spécialistes et les experts du secteur financier sur la gouvernance en cybersécurité des banques.
Les «Matinales de l’intelligence économique» constituent le troisième pôle de l’offre professionnelle de l’Inis. Elles offrent une valeur ajoutée à la formation continue, en contribuant significativement à la prise de décisions stratégiques à travers ses quatre programmes de recherche appelés:
– intelligence économique et transformation structurelle des industries africaines;
– intelligence normative, environnement et sécurité alimentaire;
– ingénierie financière et production de nouveaux véhicules de financement;
– intelligence stratégique et guerre économique.
Lancé en 2019, l’Inis (Institut national d’intelligence stratégique) est une composante de l’Uca (Université des connaissances africaines), créée en 2015, avec pour objectif principal la production de nouveaux paradigmes pour faire face aux exigences africaines de la mondialisation. L’Inis vise principalement l’enrichissement de l’existant national sur les questions d’intelligence économique et d’intelligence stratégique. Son ambition est d’être la principale structure de recherche, d’information et de débat sur les grandes questions africaines et internationales en Afrique centrale. Son activité la plus connue, ce sont les «Matinales de l’intelligence économique» qui rassemblent des sachants et des acteurs du monde économique, autour des communications assurées par des experts expérimentés.

Joseph
MWISSI NKIENI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici