La Direction générale de l’Hôpital spécialisé mère-enfant Blanche Gomes, à Brazzaville, a fait de la procréation médicalement assistée encore appelée procréation in vitro, l’une de ses priorités, suivant la volonté du Président de la République, Denis Sasso-Nguesso. C’est ce qu’a laissé entendre le directeur général, le Pr Jean Robert Mabiala Babela. Ce service pourra ouvrir à partir de l’année 2023. Parmi les grandes actions menées, figure le lancement du vaccin R.o.r (Rougeole, oreillons, rubéole) au Congo et des opérations chirurgicales gratuites.

Réouvert en 2018, après dix ans d’inactivité, l’Hôpital spécialisé mère-enfant Blanche Gomes a bénéficié de l’attention particulière du Président de la République, Denis Sassou-Nguesso. La direction générale de cet hôpital a entrepris plusieurs actions pour redorer son blason. «Il s’agit d’un hôpital fermé depuis dix ans, de 2008 à 2018. Le Chef de l’Etat nous envoie là-bas pour démarrer les activités de soins (…) Aujourd’hui, nous sommes fiers de reconnaître que Blanche Gomes fonctionne normalement (…) La fierté aujourd’hui, c’est que la mère et l’enfant, à l’image des autres pays d’Afrique, les deux trouvent leurs comptes au sein de cet hôpital spécialisé», a indiqué le Pr Jean Robert Mabiala Babela.

Pr Jean Robert Mabiala Babela, directeur général de l’Hôpital spécialisé mère-enfant Blanche Gomes.
Pr Jean Robert Mabiala Babela, directeur général de l’Hôpital spécialisé mère-enfant Blanche Gomes.

Ce dernier ne pense pas croiser les bras dans les prochains jours, pour donner plus de places à la mère et à l’enfant. «A propos des grands projets, il faut dire que Blanche Gomes n’est pas encore totalement fonctionnel à 100%. Parce qu’il y a le grand bâtiment qui abritait la maternité, qui n’est pas encore fonctionnel, mais qui est en cours de réhabilitation. C’est le premier grand projet. Heureusement que le Chef de l’Etat ne se lasse pas. Il a mis en place une équipe qui a commencé la réhabilitation de ce grand bâtiment. Deuxièmement, nous avons un grand projet qui est l’installation de la procréation médicalement assistée», a souligné le directeur général, tout en poursuivant: «C’est comme le disait un jour Madame Antoinette Sassou-Nguesso: «Pourquoi les femmes du pays qui ont des difficultés de conception doivent être stigmatisées?  On fait le diagnostic des difficultés de conception, il faut trouver la solution à ce problème», a-t-il confié.
Et d’ajouter: «Aujourd’hui, le Président de la République pense qu’il faut installer ce service. C’est ce qu’on appelle, en langage populaire, la reproduction in vitro. Si donc demain, ce projet pouvait aboutir, ce serait une grande fierté pour le Chef de l’Etat».
En ce qui concerne la santé de l’enfant, Blanche Gomez est doté d’un service de néonatologie qui gère les enfants de la naissance à trente jours, d’un service de pédiatrie qui s’occupent des nourrissants et des enfants jusqu’à 5 ans, et d’un service grand enfant (de 6 à 15 ans). A côté de ces trois services, nous avons la chirurgie pédiatrique.
L’Hôpital spécialisé mère-enfants Blanche Gomes s’occupe de la santé de la mère et de l’enfant. Ici, entendue par mère, la femme autour de la pathologie de sexe génital, c’est-à-dire, la grossesse, les miômes, le kyste ovarien, la stérilité et puis l’enfant de la naissance à l’âge de 15 ans.
Notons que le Pr Jean Robert Mabiala Babela a été récemment décoré par le Réseau des journalistes et communicateurs congolais pour la promotion et l’émulation du citoyen. Cette association lui avait alors décerné le diplôme d’excellence et un trophée d’or spécial 13ème édition. «C’est un sentiment de satisfaction. Cela prouve que c’est le travail bien fait. Quand vous êtes reconnu par des compères de votre vivant, c’est un honneur», pouvait-il se réjouir.

Achille TCHIKABAKA