Sélectionner une page

Forum des gens de lettres : Le poète Lié Médard Ikounga à l’honneur, à travers son ouvrage «L’appel du Ténéré»

Forum des gens de lettres : Le poète Lié Médard Ikounga à l’honneur, à travers son ouvrage «L’appel du Ténéré»

L’Institut français du Congo à Brazzaville a abrité, jeudi 17 septembre 2020, une rencontre littéraire organisée par le Forum des gens de lettres que préside Jessy Loemba. La rencontre était centrée autour de «L’appel du Ténéré», un recueil de poèmes de Lié Médard Ikounga, encore appelé Kamb’ Ikounga. Ce dernier a trouvé la mort, avant la publication de son livre, à la suite du crash du vol DC10 d’U.t.a, le 19 septembre 1989, au-dessus du désert du Ténéré, au Niger, après avoir décollé de N’Djamena, la capitale tchadienne.

Edité par la maison Maguilen, à Dakar, au Sénégal, l’unique ouvrage de Kamb’ Ikounga est, selon les responsables du Forum des gens de lettres, «une somme poétique monumentale saluée par la critique littéraire… Et l’auteur, un poète à découvrir». Même Jean-Baptiste Tati-Loutard, l’un des éminents poètes congolais, reconnaît que «Kamb’ Ikounga est, à coup sûr, l’un de nos grands poète». Mais, à cause de sa mort précoce, à 29 ans, alors étudiant venant d’obtenir son D.e.a (Diplôme d’études approfondies) en biologie en France, on ne parle pas trop de lui et son œuvre n’est pas bien connue. Raison pour laquelle le Forum des gens de lettres a jugé utile de «le remettre au goût du jour», a indiqué son président, Jessy Loemba. Cette rencontre a réuni des intellectuels et des amoureux de la littérature.

Des participants à la rencontre.

«L’appel du Ténéré», ce titre donné par l’auteur lui-même à son recueil de poèmes, est une prémonition. Son oncle, l’ancien ministre Martial De Paul Ikounga, l’a affirmé que «ce n’est pas quelqu’un d’autre qui a donné le titre du livre. L’appel du Ténéré, c’est ainsi que Kamb’ Ikounga a appelé son livre».
Plusieurs thèmes ont été animés par les critiques et hommes de lettres, entre autres: «L’appel du Ténéré de Kamb’ Ikounga: un affleurement de soi pour un amoncèlement d’étoiles», par Rosin Loemba; «Kamb’ Ikounga, le poète de la passion tragique», par Jessy Loemba; «Kamb’ Ikounga, le poète voyant», développé par Huppert Malanda. A cela s’ajoutent les échanges entre conférenciers et participants ainsi que les témoignages des parents sur l’ambiguïté du poète Lié Médard Ikounga.
Ainsi, les intervenants ont chacun abordé un pan du caractère singulier de la poésie de Kamb’ Ikounga.
Pour Rosin Loemba, «dans l’écriture de Kamb’ Ikounga, l’élément fondamental qu’il imagine de façon obsédante, c’est surtout la mort». La prémonition sur la mort tragique de l’auteur se justifie par cet extrait du livre: «Des enfants, comme des pigeons entre deux villes, entre deux temps se laissent attraper lourds et las. Ils portent des plombs dans les ailes, dans la cervelle, des magnétites désénergisées. Ils ne pleurent plus, ils regardent là-bas, les messages qu’ils ne transmettront jamais…».
Pour Jessy Loemba, si les critiques littéraires estiment que l’œuvre poétique de Kamb’ Ikounga est prédominée par la mort, l’auteur n’étant qu’un prophète visionnaire de sa propre mort, en lisant la poésie de Kamb’ Ikounga, il a décelé le cri de cœur, «un chagrin de l’auteur qui n’a pas connu son père, décédé bien avant sa naissance. Sa poésie s’inscrit aussi dans la recherche d’un père qu’il n’a pas connu…».
Huppert Malanda pense, pour sa part, que, «bien que le destin du poète ait permis de ne léguer à la postérité qu’un seul texte, «L’appel du Ténéré» est une œuvre poétique des plus brillantes, des plus tonitruantes, dont le lyrisme rayonne sur les cimes de la littérature congolaise, de la littérature africaine, de la littérature francophone. Un livre majeur, nourri de toutes les turbulences de sa vie».

Joseph MWISSI NKIENI

«L’appel du Ténéré»,
Recueil de poèmes de 101 pages, Lié Médard Ikounga
Editions Maguilen (Dakar)
Prix: 10.000 F Cfa,

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

23 octobre 2020, 03: 06

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 4
  • 28
  • 1 640
  • 3 699
  • 463
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net