Sous les auspices de son vice-président, Romain Bahamboula, le Comité de coordination nationale des projets financés par le Fonds mondial de lutte contre le V.i.h-sida, la tuberculose et le paludisme a organisé, mercredi 20 avril 2022, à Brazzaville, un atelier qui a connu la participation des organisations de la société civile partenaires, pour faire le point de l’état d’avancement des subventions actuelles appelées «Nouveaux mécanismes de financement» depuis l’apparition de la covid-19. Selon Cyrille Nzaou, point-focal covid-19 au Comité de coordination nationale, «le budget s’exécute normalement. Son taux d’exécution avoisine les 65%». Le montant global des fonds mobilisés dans le cadre des subventions relatives à la lutte contre le V.i.h, la tuberculose et le paludisme s’élève à 58.724.159 euros.Au cours de l’atelier, le Comité de coordination nationale a informé les organisations de la société civile sur l’état d’avancement des différents projets menés depuis le 1er janvier 2021 à ce jour. Il s’agit:
– du projet de lutte contre le paludisme et de renforcement du système de santé;
– du projet de lutte contre le V.i.h et la tuberculose;
– du projet de lutte contre la covid-19.
Par ailleurs, les participants ont été informés de l’état d’avancement des acquisitions des intrants sur les trois maladies (V.i.h, tuberculose et paludisme) et la covid-19, les commandes en cours et celles en attente. Ils ont aussi été sensibilisés sur les goulots d’étranglement identifiés sur les différents programmes et les stratégies pour les dénouer.
Rappelons que depuis 2020, le Congo bénéficie des subventions du Fonds mondial de lutte contre le V.i.h-sida, la tuberculose et le paludisme, dans le cadre du renforcement du dispositif de riposte à la covid-19. En date du 20 août 2021, sa demande de financement (d’un montant de 15.221.413 euros) présentée par le Comité de coordination nationale, a été approuvée par le fonds. Le 16 février 2022, le Congo a reçu une lettre d’allocation d’une demande de financement accélérée supplémentaire contre la covid-19 représentant une enveloppe de 2.725.949 euros. Ensuite, le 6 avril 2022, sa demande de financement d’un montant de 2.725.949 euros, présentée par le Comité de coordination nationale, a été approuvée par le fonds.
Parmi les axes d’intervention retenus pour la période 2021-2023, il y a la prévention. Pour ce faire, il s’agit d’augmenter l’utilisation des préservatifs et des lubrifiants au niveau des populations clés (homosexuels, professionnels du sexe, adolescentes et jeunes femmes), et administrer la prophylaxie post-exposition à ces populations clés chez qui le risque d’exposition au V.i.h est surélevé, et d’organiser les interventions du Comité de coordination nationale au niveau individuel et communautaire ciblant les homosexuels, les professionnels du sexe, les adolescentes et les jeunes femmes.
Autre axe d’intervention: la prévention primaire du V.i.h chez les femmes en âge de procréer; la prévention des grossesses non-désirées; la prévention de la transmission verticale du V.i.h pendant la grossesse, la naissance et l’allaitement. Vient ensuite le traitement (soins et soutien aux mères vivant avec le V.i.h, leurs enfants et leurs familles)…
En tant que récipiendaires principaux des subventions destinées à la lutte conte la pandémie de covid-19, le C.r.s (Catholic relief services) et le Pnud (Programme des Nations unies pour le développement) ont la responsabilité de faire travailler les organisations de la société civile engagées dans ces programmes.

Joseph
MWISSI NKIENI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici