La C.c.a.s (Chambre de conciliation et d’arbitrage du sport) a rendu sa décision, samedi 13 novembre 2021, lors d’une audience au siège du Cnosc (Comité national olympique et sportif congolais), à Brazzaville, dans l’affaire opposant André Tchikaya-Loemba et Prince Patience Koumba Kilondo au président de la Fécocy (Fédération congolaise de cyclisme), Rufin Bakouétana. Dirigée par Maître Michel Kaboul-Mahouta, la Chambre a, en effet, jugé irrecevable, pour vice de forme, la requête des deux plaignants voulant obtenir l’annulation des résultats de l’élection de Rufin Bakouétana à la tête de la Fécocy. Ce dernier est ainsi implicitement confirmé dans ses fonctions.

Le cyclisme au Congo est paralysé par les conflits qui empoisonnent le fonctionnement de sa fédération. L’élection de Rufin Bakouétana à la tête de la Fécocy, il y a près d’un an, est contestée par André Tchikaya-Loemba et Prince Patience Koumba Kilondo. Une affaire reprise quatre fois de suite de la mauvaise interprétation des décisions prises par la C.c.a.s. Cette fois-ci, une grande étape a été franchie. La Chambre a jugé irrecevable la requête des deux plaignants, car elle comportait le défaut de ne pas mentionner l’identité, la qualité et l’adresse de la partie défenderesse.
Satisfait par cette décision, Maître Chandrel Loubaky, avocat du président de la Fécocy, a expliqué qu’en matière de procédure civile, il faut savoir formaliser la procédure et présenter l’affaire. «Dans nos moyens de défense, nous avons soulevé cette irrecevabilité, en disant que la requête n’indique pas la partie défenderesse. Du moins, nous avons reçu une notification de fixation d’audience qui a été orientée au nom du président de la Fédération congolaise de cyclisme. Raison pour laquelle nous avons répondu et nous avons montré à la Chambre que dans la requête, il manquait une mention de forme et les noms des parties. Ainsi, cette requête ne nous concernait pas et la Chambre a déclaré que cette requête irrecevable», a-t-il déclaré.
Pour sa part, Maître Modeste Mboussa, l’avocat des plaignants, a exprimé sa surprise devant cette décision de la Chambre. «Ce n’est pas pour la première fois que nous visitons cette Chambre et nous n’avons jamais été tenus d’indiquer la partie adverse. Mais aujourd’hui, curieusement, la Chambre change de jurisprudence. Avant, on ne déclarait jamais une requête irrecevable. Je suis surpris de cette décision. Comme on n’a pas tranché sur le fond, on va corriger cette anomalie de forme et revenir devant la Chambre ou on peut saisir les instances supérieures», a-t-il déclaré.
Devant ce feuilleton judiciaire aux multiples rebondissements, le président de la Fécocy, Rufin Bakouétana, ne cherche qu’à se mettre au travail. «Il n’est pas normal d’aller de rebondissement judiciaire en rebondissement, même au moment où une élection du siècle a été organisée et a rendu son verdict en ma faveur. Dans la vie, il faut accepter l’alternance, la différence et dans le milieu du sport, à plus forte raison, on parle de fair-play», a-t-il déclaré. Sera-t-il entendu? Wait and see!

L.E.B