Sélectionner une page

Exploitation pétrolière : Total garde la gestion du Terminal de Djéno, mais avec la participation de l’Etat

Exploitation pétrolière : Total garde la gestion du Terminal de Djéno, mais avec la participation de l’Etat

La question était en suspens, à l’approche de l’expiration du contrat de concession du Terminal pétrolier de Djéno, qui lie d’une part, les sociétés pétrolières Total et Eni Congo et d’autre part l’Etat congolais. Le ministre des hydrocarbures avait laissé entendre que l’Etat allait reprendre la gestion de ce terminal, à l’expiration du contrat de concession, le 18 novembre. Mais, à l’issue d’une audience que le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, lui a accordée lundi 2 novembre dernier, à Oyo, Patrick Pouyanné, le président directeur général de Total, a annoncé que son groupe va poursuivre la gestion du Terminal de Djéno pour les 20 prochaines années et l’Etat congolais fait son entrée dans la gestion de ce terminal.

Il a suffi d’un tour de Patrick Pouyanné à Oyo, pour que le suspens qui régnait sur la suite de la gestion du Terminal pétrolier de Djéno soit rapidement dissipé. Le patron du groupe français est sorti de la résidence présidentielle d’Oyo le visage rayonnant de joie: «On s’est mis d’accord pour renouveler la concession du Terminal de Djéno qui est un ancrage historique de Total au Congo, pour 20 années de plus», a-t-il lâché avant d’enchaîner: «Au Congo, l’histoire de Total va continuer en bonne confiance avec les autorités du pays». Il s’est aussi félicité de l’ouverture qui marque la nouvelle gestion: «Le terminal sera partagé entre diverses sociétés et Total sera un des principaux actionnaires. La République du Congo aura sa part ainsi que les autres opérateurs tels que Eni et Perenco».
Lancée en 1972, le Terminal de Djéno traite plus de 95% de la production congolaise de pétrole brut. Il reçoit, en effet, tout le brut extrait au large pour le traiter et produire deux qualités commerciales de brut: le Nkossa Blend et le Djéno mélange, stockés dans des cuves d’une capacité globale d’environ 4 millions de barils, avant d’être chargés dans des tankers au large ou expédiés vers des sites de raffinage. Pendant la concession passée, Total détenait 63% des parts alors que le groupe italien Eni en avait 37%. Le Congo peut au moins se consoler de faire son entrée dans la gestion de cette véritable plaque tournante du système de production du pétrole congolais.

Narcisse
MAVOUNGOU

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.
close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.

A propos de l'auteur

l'horizonafricain

L'horizon Africain, un journal d'information paraissant au Congo Brazzaville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

03 décembre 2020, 11: 14

L’editorial de la redaction

LES CÔTÉS AMERS DE LA DÉMOCRATIE!

Des milliers de supporters du Président Donald Trump ont manifesté, samedi 14 novembre dernier, à Washington, pour protester, une fois de plus, contre la présumée «fraude électorale» qui aurait privé leur champion de sa victoire à l’élection présidentielle du 3 novembre. Ils sont allés manifester leur colère jusque devant la Cour suprême des Etats-Unis, dans le quartier du Capitol Hill, comme pour appuyer les recours en justice introduits par les avocats du Président Trump. C’est la démocratie, peut-on dire! Mais, la démocratie a ses côtés amers et on l’oublie souvent.

Lire la suite

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 2
  • 2 550
  • 26 novembre 2020

Votre météo

booked.net