Icône mondiale du septième art, l’acteur et réalisateur américano-bahaméen, d’origine haïtienne, Sidney Poitier, s’est éteint le jeudi 6 janvier 2022, à son domicile de Los Angeles, aux Etats-Unis. Agé de 94 ans, très célèbre et chanté notamment par la star de rumba congolaise, feu Papa Wemba, Sidney Poitier a vu le jour le 20 février 1927 à Miami, aux Etats-Unis d’Amérique. Il a grandi sur l’île Cat, aux Bahamas. Très jeune, il est passionné de cinéma et fait le choix de partir habiter avec son frère aux Etats-Unis.

Sidney suit gratuitement des cours de comédie à l’«American Negro Theater», en échange de ses services de machiniste. Le comédien débute sa carrière sur les planches de Broadway, puis obtient son premier rôle au cinéma en 1950, dans «La porte s’ouvre» de Joseph L. Mankiewicz, un film qui aborde le thème du racisme.
Les années 50 marquent la consécration de l’acteur: d’abord dans «Graine de violence», puis dans le thriller «La Chaîne», pour lequel il est pressenti pour l’Oscar du meilleur acteur. Le comédien est, ensuite, dirigé par le grand Otto Preminger dans «Porgy and Bess». Il y incarne un Noir estropié qui vient en aide à Bess, une femme prisonnière de son mari. Dans cette œuvre adaptée d’un opéra, il est doublé par un chanteur. Les succès s’enchainent ensuite: en 1961, il reçoit le Prix Gary Cooper au Festival de Cannes, pour son rôle dans «Un raisin au soleil» et en 1963, il remporte l’Oscar du meilleur acteur pour son incarnation du personnage d’Homer Smith dans «Le lys des champs». Il est le premier acteur noir à recevoir ce prix légendaire.
Sidney Poitier fait montre d’un véritable engagement politique dans le choix de ses rôles tout au long de sa carrière. Il joue dans des films qui dénoncent le racisme ou l’exclusion. Ainsi, dans «La chaleur de la nuit», son personnage est accusé de crime, uniquement à cause de sa couleur de peau. Dans «Devine qui vient dîner», les parents d’une famille aisée n’acceptent pas le choix de leur fille d’épouser un homme noir.
Le comédien a permis à une génération d’Afro-américaines de rêver d’une égalité qui n’était pas encore concrétisée. Mais, à la fin des années 60, certains trouvent qu’ils se cantonnent à des rôles de Noirs trop clichés et sont agacés par la popularité qu’il a auprès de la communauté blanche.
Il s’oriente alors vers une nouvelle carrière: il se met à réaliser ses propres films. En 1972, sort son premier long-métrage, un western intitulé «Buck et son complice». Il réalise ainsi une dizaine de films, parmi lesquels «Le Coup à refaire», «La folie aux trousses» ou «Ghost Dad». Il continue, cependant, de jouer ponctuellement dans des films pour le cinéma («Les Experts», en 1992, «Bicentennial Nigger», en 2006), comme pour la télévision («The last Brickmaker in America», en 2001).
Marié deux fois: d’abord avec la danseuse Juanita Hardy, puis, en 1976, avec l’actrice Joanna Shimkus, avec laquelle il a eu deux filles, Sidney Poitier était ambassadeur de l’Unesco aux Bahamas, son pays d’origine. En 2009, il a d’ailleurs reçu des mains du Président Barack Obama, la plus haute distinction civile américaine: la médaille de la liberté.

N. K.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici