Sélectionner une page

Enseignement général : La rentrée scolaire, après la publication des résultats du Bepc et du Bac technique

Enseignement général : La rentrée scolaire, après la publication des résultats du Bepc et du Bac technique

Les délibérations du B.e.p.c (Brevet d’études du premier cycle) et du deuxième tour du baccalauréat technique et professionnel, mardi 7 septembre 2020, marquent la fin de la campagne des différents examens d’Etat et bouclent l’année scolaire 2019-2020 dans l’enseignement général. Malgré la pandémie de covid-19, la rentrée des classes au titre de l’année scolaire 2020-2021 a été fixée au 12 octobre prochain.

Concernant le B.e.p.c, 56.000 candidats ont été déclarés admis, sur 149.398 ayant affronté les épreuves écrites. Soit 55,72% de taux de réussite. Un léger progrès de 2% par rapport à l’an dernier. Pour cette année, c’est la Lékoumou qui décroche la première place parmi les départements, avec 79% d’admis. La Cuvette-Ouest vient en deuxième position avec 78% et la Cuvette avec 72%. Le Département de la Likouala occupe la dernière place du classement.
Quant au deuxième tour du baccalauréat technique et professionnel, 9.677 candidats sont déclarés admis sur 17.894 inscrits au départ, soit 55,44%, contre 50% en 2019. En même temps, les résultats du deuxième tour du C.a.p (Certificat d’aptitude professionnel) et du B.t.f (Brevet de technicien forestier) ont été rendus publics. Aucun candidat admissible n’a été recalé.
Après la publication des résultats des différents examens d’Etat, place à la rentrée scolaire 2020-2021. Malgré un contexte sanitaire fort préoccupant, la rentrée des classes est prévue pour le 12 octobre prochain sur toute l’étendue du territoire national. L’annonce a été faite, samedi 5 septembre dernier, au Lycée de la Révolution, à Brazzaville, par Anatole Collinet Makosso, ministre de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, devant un parterre de cadres relevant du système éducatif national. Cette date a été recommandée au gouvernement par la Coordination nationale de la gestion de la pandémie de covid-19, lors de sa réunion tenue vendredi 4 septembre dernier, sous le patronage du Président de la République.
Pour être en phase avec les mesures barrières destinées à lutter contre la pandémie de covid-19, le ministre Anatole Collinet Makosso a expliqué que, pour la rentrée scolaire prochaine 2020-2021, les cours se dérouleront aussi bien en présentielle qu’à distance. «Les cours doivent avoir lieu dans le respect des règles barrières, en faisant en sorte que les effectifs dans les salles de classe ne soient pas au-delà de 50 apprenants», a-t-il déclaré. Pour cela, les cours se feront de façon alternative. Dans tous les établissements à grands effectifs, les élèves auront trois jours de cours en présentielle et trois jours de cours à distance.
Pour réussir cette approche pédagogique, l’implication de tous les acteurs du système éducatif et des parents d’élèves est à encourager. Les jours où les enfants sont à la maison, les parents devront veiller de sorte qu’ils travaillent sur des exercices qui leurs sont donnés en classe par l’enseignant. «C’est une question de responsabilité partagée, mais surtout de conscience parentale. Je voudrais donc compter sur la disponibilité de tout le monde, pour faire preuve d’innovation, pour s’adapter à ce nouveau défi que nous imposent les nouvelles approches pédagogiques», a fait savoir le ministre Makosso. Pour terminer, ce dernier a demandé aux élèves des classes intermédiaires de prendre des cours pour compléter les notions du troisième trimestre qu’ils n’avaient pas acquises. «Ils ont trois à quatre semaines pour revisiter les notions qu’ils n’ont pas pu voir dans la classe ultérieure, afin d’aborder sereinement l’année scolaire 2020-2021», a-t-il conclu.

Joseph
MWISSI NKIENI

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.
close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.

A propos de l'auteur

l'horizonafricain

L'horizon Africain, un journal d'information paraissant au Congo Brazzaville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

04 décembre 2020, 05: 49

L’editorial de la redaction

«DES QUESTIONS BATEAU»

L’expression est utilisée par le chef de file de l’opposition, à l’issue de l’audience que le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, lui a accordée samedi 21 novembre dernier. Parlant de la réforme du processus électoral, Pascal Tsaty-Mabiala a utilisé l’expression que ces questions sont devenues des «questions bateau». Cela mérite qu’on s’y arrête un peu.

Lire la suite

Commentaires récents

    Votre Publicité

    Archives

    Statistiques de notre site

    • 3
    • 2 567
    • 3 décembre 2020

    Votre météo

    booked.net