Tête d’une liste indépendante aux élections municipales dans le premier arrondissement de Dolisie, commune et chef-lieu du Département du Niari, Dan Horphet Ibiassi entend redorer le blason de la ville qui l’a vu naître il y a 40 ans, en la rendant plus attractive. C’est ce qu’il a exprimé de sa vision, dans une conférence de presse qu’il a tenue, samedi 25 juin 2022, à Brazzaville.

Diplômé de droit public et d’économie de l’Université d’Evry Val d’Essonne, en France, et de sciences politiques, option communication publique, politique et collectivités territoriales, Dan Horphet Ibiassi, natif de Dolisie, a confié que s’il venait à être élu au conseil municipal, il envisagerait de briguer la mairie de Dolisie, pour déployer son plan d’action constitué de deux principaux axes: attractivité économique et amélioration de l’image institutionnelle, en tant que troisième ville du Congo, après Brazzaville et Pointe-Noire.
Communicateur du Projet Durquap (Projet de développement…), Dan Horphet Ibiassi estime que, de 1997 à ce jour, bon nombre de maires ont présidé aux destinées de la ville affectueusement appelée «Dol city». Mais, les résultats de leur gestion sont mitigés. Si certains peuvent être appréciés favorablement, la gestion de la plupart d’entre eux est jugée chaotique. Et «les Dolisiens le savent bien», a-t-il dit. Cependant, selon lui, «ce chao n’est pas imputable aux partis politiques ou organisations qui les a mandatés». Les maires accusés de mauvaise gestion «sont coupables de leur mégestion, puisqu’ils en avaient les moyens…». D’où «la nécessité de gouverner autrement», selon le candidat Ibiassi.
A travers sa conférence de presse, faisant office de lancement de campagne, suivie en direct à Dolisie à travers les médias sociaux, Dan Horphet Ibiassi a indiqué que la position géographique de Dolisie est un atout pour son développement. La ville est non seulement située entre les deux principales villes du Congo (Brazzaville et Pointe-Noire), mais aussi elle est reliée par voies carrossables au Gabon, à l’Angola et à la RD Congo, trois pays voisins du Congo.
Le flux humain peut être profitable à Dolisie. C’est ainsi que le candidat qu’il est porte le projet de lancer un festival international socioculturel qui rassemblerait, à Dolisie, selon un programme bien défini, les hommes et les femmes venus du Congo et des pays limitrophes. Cela permettrait à Dolisie de gagner en notoriété et sur le plan économique, créer des emplois liés à ce festival, entre autres.
Expert en communication, chargé de l’ingénierie sociale du Projet Durquap, Dan Horphet Ibiassi voudrait établir un contrat social avec les citadins de Dolisie. Un contrat à travers lequel il sollicite le suffrage des Dolisiens et lui, à son tour, s’engage à faire bénéficier son expérience et ses relations dans le développement urbain à sa ville de naissance, qui lui donnerait alors l’opportunité de devenir maire.

Joseph MWISSI NKIENI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici