22.2 C
Brazzaville
sam 3 décembre 2022
spot_img
AccueilActualitéElections législatives et locales de juillet 2022 : Protestations et controverses autour...

Elections législatives et locales de juillet 2022 : Protestations et controverses autour des listes des candidats aux législatives

Depuis la publication, à partir du 10 juin 2022, des listes des candidats, par la D.g.a.e (Direction générale des affaires électorales), une structure sous tutelle du Ministère de l’administration du territoire, de la décentralisation et du développement local, il y a eu beaucoup de réclamations pour mauvaise transcription de noms, confusion de partis ou de circonscriptions, répétition des noms de candidats sur une même liste, oubli des noms des candidats, etc. La D.g.a.e a porté les corrections nécessaires suivant les réclamations faites et a publié les listes définitives des candidats aux élections législatives et locales scrutins du 4 et 10 juillet 2022. Malgré cela, des candidats ont élevé des protestations, pour avoir été retirés. La D.g.a.e a-t-elle le pouvoir de retirer un candidat dont le dossier est conforme?

Trois circonscriptions au moins font l’objet de controverses sur les listes des candidats. Il s’agit des circonscriptions de Makabana et Banda dans le Département du Niari et Sibiti dans le Département de la Lékoumou. Des candidats qui avouent avoir constitué leurs dossiers normalement et les avoir introduits à la D.g.a.e ont élevé des protestations via les réseaux sociaux, pour dénoncer le retrait de leurs candidatures par la D.g.a.e.
A Makabana, Joseph Ngoyi, un paysan candidat indépendant aux élections législatives, ayant constitué son dossier et payé la caution de 1,5 million de francs Cfa, n’avait pas vu son nom sur la première liste publiée par la D.g.a.e. Après des réclamations, son nom a été publié sur une deuxième liste qui a été affichée comme toutes les autres. Mais, à peine a-t-il entamé son voyage retour à Makabana, il a été rappelé par ses proches pour lui dire qu’une nouvelle liste a été affichée à la D.g.a.e, le jour même dans l’après-midi, et son nom ne s’y trouve plus. C’est le ras-le-bol. Dans un audio publié dans les réseaux sociaux, Joseph Ngoyi a élevé une vive protestation, allant jusqu’à rappeler ce qui constitue des menaces à la paix, en ces termes: «Voilà comment je reviens encore dans mon véhicule, pour venir voir. Et quand j’ai vu la liste, c’est la candidature unique du ministre d’Etat Pierre Mabiala. Enfin, je ne comprends pas où va ce pays-là. Mais, s’il est côté à Makabana, il n’a qu’à gagner dans la démocratie avec tous les candidats! Pourquoi il a peur des autres candidats? Moi je veux qu’on puisse remettre mon nom, pour éviter les problèmes, parce que les excès qui troublent ce pays-là… Moi je considère la deuxième liste légale qui est sortie ce matin». Du côté de la D.g.a.e, aucune explication n’a été donnée concernant le va-et-vient sur le nom de Joseph Ngoyi: oublié, publié puis retiré.
Même situation à Banda, pour la candidate indépendante Bienvenue Gertrude Haubain Mongo. Son nom avait été publié sur la première liste de la D.g.a.e. Puis, il a disparu dans la deuxième liste. La candidate indépendante pointe du doigt son adversaire, Yacine Koumba, candidate du P.c.t et fille de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Justin Koumba, d’être à l’origine du retrait de sa candidature.
A Sibiti commune, les proches du candidat indépendant, Gaël Honal Mahoungou, ne décolèrent pas. Ils promettent même de perturber le déroulement des élections, si le nom de leur candidat n’est pas remis sur la liste. Dans cette circonscription, ce candidat indépendant affronte un candidat du P.c.t, le ministre Thierry Lézin Moungalla.
Ce sont là trois exemples connus de candidats ayant constitué normalement leurs dossiers, payé la caution, mais dont les noms ont fini par être retirés par la Direction générale des affaires électorales, on ne sait pour quelle raison. Dans l’opinion, certains évoquent le fait que le secrétariat permanent du P.c.t aurait écrit à la D.g.a.e pour recommander le retrait de certains candidats indépendants. En effet, il se trouve que, et ce n’est pas un hasard, les trois indépendants retirés sont dans des circonscriptions où il y a des candidats investis par le P.c.t. D’autres parlent des manœuvres des candidats du P.c.t eux-mêmes. Notamment le ministre Pierre Mabiala qui aurait usé de son influence pour s’assurer une candidature unique à Makabana et protéger la candidate du P.c.t à Banda contre une candidate indépendante pouvant menacer son élection. Et ce serait les mêmes accusations sur le candidat du P.c.t à Sibiti, le ministre Moungalla.
Est-ce vrai, cette histoire de recommandation à la D.g.a.e? Le fait n’est pas confirmé du côté du P.c.t. Tout comme aussi il n’y a pas de preuve des accusations portées contre les candidats du P.c.t. C’est la D.g.a.e qui doit s’expliquer. Ce serait un aveu de faiblesse du gouvernement, si la D.g.a.e s’est soumise aux injonctions d’un parti ou des candidats du parti au pouvoir.
La D.g.a.e est une structure administrative et technique qui n’a pas le pouvoir d’empêcher un citoyen de se présenter à une élection, dès lors qu’il en remplit les conditions exigées. Le faire, c’est faire preuve d’abus de pouvoir qui ternit l’image de la démocratie congolaise. Pour voir clair dans les trois cas et peut-être d’autres dont on ne parle pas, on attend la réaction du ministre Guy-Georges Mbacka ou du directeur général des affaires électorales, Antoine Evoundou. Si ces cas sont des oublis, alors, il faut corriger, comme on l’a fait avant.

Ralph Justin
OBILANGOULOU

AUTRES ARTICLES

derniers articles

Commentaire

Davidtom on Football
Joshuadrymn on
Joshuadrymn on Football