Les Equatoguinéens se sont rendus aux urnes, dimanche 20 novembre 2022, pour élire leur prochain Président de la République et leurs représentants dans les deux chambres parlementaires. Candidat à sa propre succession, pour un sixième mandat de sept ans, le Président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (80 ans), du P.d.g.e (Parti démocratique de Guinée Equatoriale), au pouvoir depuis 1979, affrontait deux adversaires, Buenaventura Monsuy Asumu (63 ans) du Parti de la coalition social-démocrate et Andres Esono Ondo (61 ans) de la Convergence pour la social-démocratie. Comme à l’accoutumée, il n’y avait aucun suspense dans ce scrutin, qui a été anticipé de cinq mois.

Selon le président du Conseil électoral national, Faustino Ndong Esono Ayang, il y avait 427.661 électeurs inscrits sur les listes électorales sur 2 millions d’habitants en Guinée Equatoriale, pays indépendant de l’Espagne le 12 octobre 1968. «67.196 personnes ont effectivement voté, selon les premiers résultats qui proviennent des 324 bureaux de vote sur 2 972 bureaux de vote que compte le pays», a-t-il précisé lors d’un point de presse dimanche soir. «Il convient de noter que le candidat du P.d.g.e, Obiang Nguema Mbasogo, y compris sa coalition, ont obtenu 67.012 voix, soit 99,7%, tandis qu’Andrés Esono Ondó du C.p.d.s a obtenu 152 voix et Buenaventura Monsuy Asumu du P.c.s.d se retrouve avec 32 voix», a-t-il précisé.

Pendant le vote.
Pendant le vote.

Le Président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, qui dirige son pays de main de fer et qui a modifié la Constitution pour s’éterniser au pouvoir, s’est donc offert un nouveau mandat à la tête du pays. Arrivé aux affaires en 1979, après un coup d’État contre son oncle, Francisco Macías Nguema, il est le plus ancien dirigeant du monde. Selon le candidat Andrès Esono Ondo, qui se présentait pour la première fois, «les populations ont besoin d’un message d’espoir, différent de ce qui a été véhiculé par le pouvoir d’Obiang».
Le plus ancien adversaire, Buenaventura Monsuy Asumu, qui se présentait pour la quatrième fois, après avoir affronté Obiang Nguema en 2002, 2009 et 2016, est considéré par l’opinion publique comme un larbin du pouvoir. A travers ce scrutin du dimanche 20 novembre, les Equatoguinéens votaient également pour 100 membres de la chambre des députés et 55 membres du sénat qui est composé de 70 membres, dont 15 sont nommés par le Président de la République. Le mandat parlementaire est de cinq ans. Le P.d.g.e détient les 55 sièges au sénat et 99 des 100 sièges à l’assemblée nationale sortante.
Réélu, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, qui bat le record mondial de longévité au pouvoir hors-monarchie, entend mener des réformes «pour une meilleure compréhension de la démocratie dans le pays». Il fonde son programme de transition politique «sur l’engagement de lutter contre la pauvreté et la redistribution des richesses nationales».

Roland KOULOUNGOU