Parler d’économie numérique peut consister à dire qu’il s’agit de l’économie des nombres. Et les nombres ont pour caractères, les chiffres. Or, quand on parle de l’économie numérique, il ne s’agit pas des nombres. On veut, par cette expression, parler de l’économie qui se déroule à travers l’Internet. Donc, l’économie en ligne ou sur la toile, le fameux Web. La production et les échanges des biens et services en ligne que permettent un réseau informatique (Internet) et un langage informatique (le world wide web) est devenu le nouvel eldorado qui enrichit le monde.Par exemple, lorsqu’on crée une plateforme pour vendre des journaux en format P.d.f en ligne, il s’agit là de la production d’un bien (journal en format P.d.f). Le client achète et enregistre le fichier du journal sur son téléphone ou son ordinateur portable et il peut le lire à tout moment, sans plus passer par une connexion Internet.
Aujourd’hui, beaucoup de secteurs d’activités professionnelles comme les banques ont besoin d’Internet pour fonctionner et d’autres des télécommunications comme les sociétés de téléphonie mobile. Mais, plus fondamentalement, on ne peut plus échapper au langage numérique. Alors, on parle volontiers d’économie numérique, d’économie électronique, d’économie en ligne, de web-économie, etc. Le e-commerce (transactions commerciales à travers Internet) est un secteur d’activités de l’économie numérique.
Les télécommunications ne sont plus que basées sur le langage numérique.
Pour se déployer dans le monde, l’Internet passe par les télécommunications et il a autant besoin d’appareils électroniques que d’applications (logiciels, programmes ou technologies de la communication) pour être opérationnel. Ainsi, autour des télécommunications et d’Internet s’est constitué tout un monde économique, un environnement où foisonnent la production et l’échange des biens et services. Les lignes de télécommunications, les connexions Internet et les logiciels de communication, de travail, de loisir, etc, sont des produits de ce monde économique basé sur les télécommunications et l’Internet. C’est l’économie numérique en pleine expansion à travers le monde.
Selon la C.n.u.c.e.d (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement), «la pandémie de covid-19 a largement augmenté le trafic Internet, car de nombreuses activités ont dû être adaptées à cette nouvelle réalité et s’établir en ligne. La bande passante Internet à l’échelle mondiale a ainsi augmenté de 35% en 2020, contre 26% l’année précédente», indique le rapport. Une part croissante des flux de données est liée aux réseaux mobiles. Avec l’augmentation du nombre d’appareils mobiles et d’appareils connectés à Internet, le trafic de données par le haut débit mobile devrait représenter près d’un tiers du volume total de données en 2026».
Dans nos pays en développement, l’économie numérique se développe très lentement. Toujours selon le rapport de la C.n.u.c.e.d, «seuls 20% des habitants des pays les moins avancés (P.m.a) utilisent Internet et lorsqu’ils le font, c’est généralement à des vitesses de téléchargement relativement faibles et à un prix proportionnellement élevé». Ainsi qu’il faut le constater, l’économie numérique est en progression à travers le monde. Elle représente une grande opportunité de développement qu’il faut saisir.

Ralph Justin
OBILANGOULOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici