Ministère des finances, du budget et du portefeuille public

Don de 16,5 milliards de francs de l’Union européenne au Congo

La salle des conférences du Ministère des finances, du budget et du portefeuille public, à Brazzaville, a servi de cadre, jeudi 19 mai 2022, à la cérémonie de signature de trois conventions de financement entre le gouvernement, représenté par Roger Rigobert Andély, ministre des finances, du budget et du portefeuille public, et Giacomo Durazzo, ambassadeur de l’Union européenne au Congo. Pour le don d’une valeur totale de 25 millions d’euros (près 16,5 milliards de francs Cfa) pour la réalisation de trois projets dans les domaines du numérique, de la professionnalisation de la Police congolaise et de la transversalité du partenariat entre les deux parties. Les heureux bénéficiaires, au nom évidemment de leurs départements ministériels, à savoir le ministre de la sécurité et de l’ordre public, Raymond Zéphirin Mboulou, et le ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon-Juste Ibombo, étaient témoins oculaires de la signature des trois conventions de financement.

Le don financier fait par l’Union européenne à la République du Congo couvre trois domaines. Il s’agit de «la gouvernance économique verte, diversifiée et digitalisée», à laquelle 15 millions d’euros, soit plus de 9,8 milliards de francs Cfa, sont consacrés, pour appuyer la transformation numérique en République du Congo. Il sied d’indiquer que l’économie numérique contribue déjà à hauteur de 4% au P.i.b (Produit intérieur brut) du pays et son potentiel pour soutenir la diversification économique, la création d’emplois décents et l’amélioration de la gouvernance et du climat des affaires, est très important.

Giacomo Durazzo et Rigobert Roger Andély signant les conventions de financement.
Giacomo Durazzo et Rigobert Roger Andély signant les conventions de financement.

L’action dans le numérique s’inscrit tout particulièrement dans la nouvelle stratégie de la Commission européenne «Global gateway» visant à soutenir l’émergence de connexions durables et fiables qui fonctionnent pour les personnes et la planète, tout en s’attaquant aux défis mondiaux les plus urgents.

Pour la «démocratie, les droits humains et la gouvernance participative», c’est une enveloppe de 5 millions d’euros (soit plus de 3,2 milliards de francs Cfa), qui y est consacrée, pour prévenir toute forme de torture et de traitements cruels, dégradants ou inhumains, en appuyant la professionnalisation des services de police et la mise en place de commissariats de police «modèles». Ce projet-pilote comportera des mesures de renforcement du contrôle démocratique et institutionnel de l’action de la police et du respect des victimes et des droits des personnes faisant l’objet d’une mesure de privation de liberté; des mesures formation des effectifs, de réhabilitation, l’équipement et la rénovation des bâtiments des commissariats de police sélectionnés.

Enfin, 5 millions d’euros soit 3,2 milliards de francs Cfa supplémentaires sont engagés pour des mesures transversales dans le partenariat de l’Union européenne avec le Congo, pour mieux prendre en compte les questions transversales et culturelles, en y dédiant des actions spécifiques et pour appuyer la collaboration avec le Ministère de l’économie, du plan, de la statistique et de l’intégration régionale, point focal de ce partenariat.

La signature des trois conventions de financement «constitue la preuve de l’excellence des relations de coopération entre le Congo et les partenaires européens. Elle consacre, la poursuite de la normalisation des relations entre le gouvernement et les partenaires au développement tels que le F.m.i, la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et la France», a affirmé Roger Rigobert Andely. «Cet appui financier de l’Ue doit nous inciter à respecter nos engagements internationaux librement souscrits dans le cadre de la consolidation du développement économique et financier de notre pays», a-t-il poursuivi.

Pour sa part, Giacomo Durazzo a souligné que «ces nouvelles actions renforcent le portefeuille de notre partenariat en cours, avec un niveau d’engagements et de décaissements déjà remarquable. Pour la République du Congo, il s’agit d’apports financiers précieux qui contribueront à la mise en œuvre de priorités nationales reconnues à travers le P.n.d 2022-2026 et de répondre aux priorités essentielles pour le pays».

Chrysostome FOUCK ZONZEKA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici