Depuis la création, le 4 mars 2013, par décret présidentiel, du Parc national Ntokou-Pikounda, une aire protégée d’environ 4.572 km2 dans le District de Ntokou (Département de la Cuvette) s’étendant jusque dans le District de Pikounda (Département de la Sangha), la pêche traditionnelle est réglementée, alors que la chasse est interdite. La pêche traditionnelle ne se fait plus que durant trois mois dans l’année. Raison pour laquelle la 6ème édition de la campagne de pêche traditionnelle, ouverte le 20 juillet s’achève le 20 octobre.

Jadis, la pêche et chasse se pratiquaient traditionnellement dans le District de Ntokou sans restriction. Conséquence: plusieurs espèces de poissons et d’animaux étaient menacées de disparition. Une pêche incontrôlée et une chasse traditionnelle sans restriction exerçaient une forte pression sur la population halieutique et la faune. Des espèces d’animaux emblématiques comme l’éléphant, le gorille, les chimpanzés, les hippopotames et les reptiles (crocodiles, tortues, python, vipères) étaient en voie de disparition.
Avec la création, le 4 mars 2013, du Parc national de Ntokou-Pikounda, dans les Départements de la Sangha et la Cuvette, la pêche traditionnelle dans cette zone est réglementée. La pêche avec des équipements modernes et la chasse y sont strictement interdites.
Ainsi, la pêche traditionnelle qui se pratiquait durant toute l’année, n’est désormais autorisée que pendant trois mois, selon les dates proposées par la plateforme des pêches des localités du District Ntokou. La campagne de cette année a été ouverte le 20 juillet. Le départ des convois en eu lieu le 21 juillet, devant le sous-préfet, Jean-Daniel Okombi, sous la supervision du directeur du parc, Victor Mbolo.
Avant cela, la plateforme des pêcheurs avait tenu une réunion, le 10 juillet, dirigée par Francis Epissa, qui a rappelé les règles de la pêche traditionnelle: «Notre pêche doit être traditionnelle: pas de motopompes, ni d’armes à feu. Il faut retenir que nous allons pour pêcher, pas pour la chasse. La chasse, les feux de brousse sont strictement interdits. Les tortus, les caïmans, les pythons, les boas, etc, ne doivent pas être capturés. Dans les campements, la boisson alcoolisée est interdite. Les départs aux campements et les retours sont accompagnés par les agents du parc». Ce sont là les grandes lignes qui ont été rappelées aux pêcheurs. La clôture de cette campagne de pêche traditionnelle interviendra le 20 octobre.

Luze Ernest BAKALA
(De retour de Ntokou)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici