Débuté le 13 décembre 2022 à Washington, la capitale fédérale américaine, le deuxième sommet Etats-Unis/Afrique a pris fin le jeudi, 15 décembre dernier, sur une promesse du Président Joe Biden de se rendre en Afrique. Coprésidé avec son homologue sénégalais, Macky Sall, Président en exercice de l’Union africaine, ce sommet a connu la participation de 49 Chefs d’Etats dont le Congolais Denis Sassou-Nguesso, qu’accompagnaient les ministres Alphonse Claude N’Silou (ministre d’Etat), Jean-Baptiste Ondaye et Denis Christel Sassou-Nguesso.

Pendant trois jours, les questions concernant l’Afrique ont été débattues lors de séances publiques et de réunions bilatérales. Le regain d’intérêt de Washington pour l’Afrique est d’autant plus nécessaire pour l’administration Biden dans une phase de rivalité sans merci avec la Chine et la Russie, dont la présence sur le continent est également soutenue par une certaine faveur d’une bonne partie de l’opinion publique.

Photo de famille à  l’issue du sommet.
Photo de famille à l’issue du sommet.

Dans ce contexte, Washington se veut rassurant envers l’Afrique et ce sommet a insufflé un nouvel élan assez prometteur, au regard de l’intensité des travaux sous diverses formes.
Une somme de deux milliards de dollars a été annoncée pour faire face à l’insécurité alimentaire. «Cette aide alimentaire va aider à garantir que les enfants et les familles n’auront pas à se coucher le ventre vide», a déclaré Joe Biden.
Dans le communiqué publié au terme des travaux, les parties se sont accordées sur «l’engagement des Etats-Unis à œuvrer pour une plus grande représentation de l’Afrique au sein des instances internationales, y compris de la gouvernance internationale». De même, «l’engagement à renforcer les domaines de coopération à long terme et à élargir le partenariat pour relever les défis, et mieux exploiter les opportunités communes». Et d’œuvrer à «approfondir la coopération pour résoudre les problèmes internationaux et élargir les domaines de la technologie, de cyber-sécurité, du commerce et de la protection de l’environnement et de l’économie».
Le communiqué souligne, par ailleurs, «l’importance d’un partenariat renouvelé et élargi pour le traitement des crises alimentaires et du climat, le renforcement des systèmes sanitaires et la construction d’une économie mondiale forte et inclusive, le soutien à la bonne gouvernance, le respect des droits de l’homme et le renforcement de la paix et de la sécurité». L’accent a été également mis sur «la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de concourir à une transition énergétique équitable, outre la conclusion de partenariats pour renforcer la capacité de résistance face aux risques climatiques».
Signalons qu’après Washington, le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, qui a mené une intense activité diplomatique dans la capitale fédérale américaine, a effectué un séjour privé de quatre jours à Paris, en France, du 17 au 21 décembre dernier, avant de regagner Brazzaville.

Roland
KOULOUNGOU