Le Bureau politique du P.c.t (Parti congolais du travail), issu du 5ème congrès ordinaire, a tenu, samedi 13 novembre 2021, au Palais des congrès, à Brazzaville, sa deuxième réunion extraordinaire qui avait trois principaux points à l’ordre du jour: l’examen et l’adoption du projet de synthèse de sa première réunion extraordinaire; les leçons à tirer de la présidentielle de mars 2021 et la projection des législatives et des locales de 2022; l’information sur la mission effectuée, du 26 au 29 octobre 2021, par le secrétaire général dans les départements de la Bouenza et du Niari.

Les membres du Bureau politique, sous la houlette de Pierre Moussa, le secrétaire général, ont démarré leurs travaux en observant une minute de silence en mémoire, de leurs collègues, Richard Eyeni et Clément Mouamba, décédés respectivement le 3 et le 29 octobre 2021. Pour Pierre Moussa, «ces deux camarades dont la disparition était insoupçonnée lors de leur participation à la dernière réunion, ont servi avec acharnement le Parti congolais du travail et ont rempli avec honneur et loyauté les missions dont ils étaient chargés au niveau de l’Etat».
Pour le bureau politique du P.c.t, le 21 mars 2021 restera à jamais marqué d’une pierre blanche dans les annales des élections présidentielles en République du Congo, d’autant que «ce jour-là, a eu lieu une élection présidentielle paisible et massive, qui a donné un résultat électoral sans appel en faveur du Président Denis Sassou-N’Guesso, candidat du P.c.t et de la majorité présidentielle, qui a récolté, dès le premier tour, 1.539.725 voix soit 88,40% des suffrages exprimés», a indiqué le secrétaire général du P.c.t.
Seulement voilà, malgré cette «majorité écrasante des voix», «l’habitude, c’est, certes, une qualité, mais ce n’est pas parce qu’on a l’habitude de gagner qu’on va se croiser les bras et attendre la victoire qui viendra du ciel. La victoire ne vient jamais du ciel, elle vient du travail et de la méthode… Nous pensons qu’à chaque victoire suffit sa peine. C’est pourquoi nous travaillons», a renchéri Parfait Iloki, porte-parole du P.c.t, au cours d’un point de presse qui a précédé le conclave du Bureau politique. Celui-ci a rappelé que le P.c.t, à lui seul, dispose déjà d’une majorité absolue à l’assemblée nationale, de 96 députés sur 151 circonscriptions. La stratégie à mettre en place consiste évidemment à retrouver cette majorité sinon à la conforter, aux législatives de 2022.
Ainsi, le 30 avril 2021, à l’occasion de sa 4ème réunion ordinaire, le Bureau politique s’était fortement intéressé aux enseignements à tirer de la participation du parti à cette élection présidentielle et avait, à juste titre, fait le choix d’une réunion appropriée, pour une meilleure préparation au débat. C’est à ce titre qu’il s’est réuni, «pour analyser, en profondeur, cette historique expérience électorale. Les enseignements sortis de ces travaux vont être mis à profit, pour aiguillonner l’élaboration de notre stratégie électorale pour les élections législatives et locales de 2022», a souligné Pierre Moussa.
«Dans un esprit de camaraderie et de solidarité, nous avons passé au peigne fin cette riche expérience, les forces et les faiblesses ont été mises en évidence. Des pistes d’action pertinentes ont été tracées, pour mettre toutes les chances de notre côté, aux élections législatives et locales de 2022», a déclaré le secrétaire général dans son mot de clôture de la réunion extraordinaire.
Il n’a pas manqué de rappeler aux membres et sympathisants du P.c.t que la vaccination et les mesures barrière restent les seules alternatives pour lutter contre la troisième vague de la pandémie de covid-19. Et cette réunion extraordinaire, la première convoquée après la tenue de l’élection présidentielle de mars 2021, s’est tenue dans le strict respect des mesures barrières contre la pandémie de Covid-19.

Joseph MWISSI NKIENI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici