Avec l’appui de la Fécoath (Fédération congolaise d’athlétisme) et le partenariat de la Banque postale, suivant la promesse de son directeur général Alexis Tabangoli, la Ligue départementale d’athlétisme d’Owando a organisé, le dimanche 11 décembre 2022, le mini-marathon d’Owando, appelé les 15 kilomètres d’Owando, commune et chef-lieu du Département de la Cuvette. La cérémonie de lancement de ce mini-marathon s’est déroulée sous le patronage de Sylvestre Lempoua, secrétaire général de la préfecture, en présence de José Cyr Ebina, président de la Fécoath. Plus de 150 athlètes venus des départements de la Sangha et de la Cuvette ont pris le départ du mini-marathon. Les lauréats en sont Corélia Ayiba et Dibondé, sortis respectivement première chez les dames et premier chez les hommes.

Le mini-marathon d’Owando appelé aussi les 15 kilomètres d’Owando est parti du siège de la Banque postale, en passant par le Stade Marien Ngouabi, l’Avenue Ikoula Olinengué, avant de revenir au siège de la Banque postale. Cette deuxième édition a été rendue possible, grâce à l’appui de la Banque postale, l’implication de l’Association Lion d’or, la Fondation Charles Ebina, la société Océan du Nord et bien d’autres partenaires.

Les trois gagnantes dames.
Les trois gagnantes dames.

Le mini-marathon d’Owando a vu la participation de 150 athlètes, messieurs et dames, presque tous des amateurs venus de deux départements: Sangha et Cuvette. Mais, cette deuxième édition prouve déjà le succès que cette manifestation sportive est en train de rencontrer à Owando. Dans cet élan, José-Cyr Ebina a annoncé déjà la tenue de la prochaine édition. L’enjeu de ce mini-marathon plein de promesses est d’ailleurs résumé par Dibondé, en ces termes: «Je suis plein de joie et je demande aux organisateurs de nous soutenir, parce qu’on peut faire des entrainements, mais si on n’a pas de spécialiste qui peut montrer comment faire, c’est un peu difficile. Il nous manque des stratégies pour aborder telle ou telle autre technique concernant notre discipline très chère qui est l’athlétisme. Nous avons besoin des entraîneurs qui peuvent nous encadrer, afin que nous allions loin. Un grand merci au président José Cyr Ebina qui ne ménage aucun effort pour le développement de l’athlétisme. Car, c’est pour la deuxième fois que ça se tient à Owando. Je veux que ça se pérennise et que, nous aussi, qu’on aille représenter le Congo, notre pays, au niveau continental, pourquoi pas mondial».

Les trois gagnants hommes.
Les trois gagnants hommes.

Le président de la Fécoath voit là une bonne manière d’occuper les jeunes: «Pour faire vivre les activités sportives, il nous faut des sponsors, afin d’accompagner les enfants avec beaucoup de compétitions. C’est ça qui fera que le Congo recommence à briller. Aujourd’hui, le Maroc, en atteignant les demi-finales de la Coupe du monde, fait la fierté de l’Afrique, pourquoi pas, demain, le Congo? Les autorités ont conscience que c’est dans le travail et dans l’unité que nous pouvons aller de l’avant, parce qu’un seul doigt ne peut pas laver la figure. Nous décrions les bébés noirs par ici et par là, beaucoup de maux sont décriés autour de la jeunesse, alors que ces jeunes ont de l’énergie à revendre et qu’il faut donc les occuper par des activités saines».
Corélia Ayiba cautionne: «Le sport, ce n’est pas de la magie. C’est beaucoup de travail, s’entrainer et aimer ce qu’on fait». Rendez-vous donc à la prochaine édition du mini-marathon d’Owando!

Luze Ernest BAKALA