Sélectionner une page

Département d’Etat américain : Michael R. Pompeo pour des élections libres, équitables et inclusives en Afrique

Département d’Etat américain : Michael R. Pompeo pour des élections libres, équitables et inclusives en Afrique

Le Département d’Etat américain a rendu public, le jeudi 8 octobre 2020, un communiqué de presse dans lequel il fait des rappels sur les principes démocratiques devant être respectés en matière d’organisation et de tenues des élections en Afrique. Préoccupé par la qualité et la crédibilité des élections dans les pays africains, le gouvernement américain prévient ceux qui interfèrent dans les processus électoraux et brandissent la menace des sanctions individuelles.

Signé par le secrétaire d’État, Michael R. Pompeo, le communiqué de presse exprime la position du gouvernement américain sur les processus électoraux en Afrique de manière générale. Il rappelle certains principes démocratiques qu’il attend des prochaines élections en Afrique comme la participation pacifique de toutes les sensibilités politiques au processus démocratique.
Aux yeux des Américains, la répression, les intimidations n’ont pas leur place dans les démocraties. Les peuples africains ont droit à des assemblées pacifiques et à la liberté d’expression et d’association qui doivent être au cœur du bon fonctionnement de la démocratie. En tout cas, avant la fin de cette année, les scrutins présidentiels en Côte d’Ivoire et en Guinée-Conakry vont être regardés de près. Enfin, le département d’Etat américain indique que des sanctions individuelles peuvent être prises à l’encontre des acteurs qui fouleraient aux pieds ces principes démocratiques.

Communiqué de presse du Département d’Etat américain
«Les États-Unis s’engagent à apporter leur soutien à des élections libres, équitables et inclusives. La conduite des élections est importante non seulement pour les Africaines et les Africains, mais aussi pour les défenseurs de la démocratie dans le monde. Nous pensons que toutes les parties devraient participer pacifiquement au processus démocratique. La répression et l’intimidation n’ont pas leur place dans les démocraties.Le droit de se réunir pacifiquement, ainsi que la liberté d’expression et d’association sont au cœur d’une démocratie qui fonctionne. L’adhésion à ces normes démocratiques et à l’état de droit permet à tous les citoyens d’engager un dialogue politique et de soutenir les candidats, partis et programmes de leur choix.Nous surveillerons de près les actions des personnes qui interfèrent dans le processus démocratique et n’hésiterons pas à envisager des conséquences, y compris des restrictions de visa, pour les responsables des violences liées aux élections. En tant que partenaires de longue date des nations africaines, nous nous soucions de la trajectoire démocratique de la région et nous nous engageons à travailler de manière constructive avec les partenaires internationaux et régionaux».

J.C.D.

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.
close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.

A propos de l'auteur

l'horizonafricain

L'horizon Africain, un journal d'information paraissant au Congo Brazzaville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 novembre 2020, 13: 59

L’editorial de la redaction

IL NE FAUT PAS PÉNALISER LES GÉNÉRATIONS FUTURES

On a hérité de la période de vaches grasses, quand les budgets de l’Etat étaient excédentaires grâce à la manne pétrolière (2004 à 2014), des habitudes qui, aujourd’hui où l’on gère les vaches maigres, risquent de pénaliser les générations futures, en raison des ardoises qu’accumule l’Etat chaque année. On pourrait alors se retrouver en porte à faux avec le principe de l’équité intergénérationelle.

Lire la suite

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 42
  • 30
  • 2 445
  • 6 295
  • 851
  • 653
  • 18 novembre 2020

Votre météo

booked.net