Sélectionner une page

Département de la Lékoumou : Tournée de travail du Premier ministre Clément Mouamba dans les cinq districts

Département de la Lékoumou : Tournée de travail du Premier ministre Clément Mouamba dans les cinq districts

Le Premier ministre, chef du gouvernement, Clément Mouamba, a effectué, du 19 au 26 août 2020, une tournée de travail dans les cinq districts que compte le Département de la Lékoumou, à savoir: Sibiti, le chef-lieu du département, Zanaga, Komono, Bambama et Mayéyé. A la tête d’une délégation gouvernementale comprenant les ministres Emile Ouosso (entretien routier), Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint-Eudes (enseignement technique, formation qualifiante), Rosalie Matondo (économie forestière), Serge Blaise Zoniaba (énergie et hydraulique), et Charles Ngafouomo (ministre délégué, chargé de la décentralisation), Clément Mouamba n’y est pas allé les mains vides. Il a fait des dons, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de covid-19 et également dans le cadre du développement de l’arrière-pays.

Accueilli à l’aéroport de Sibiti où il est arrivé à bord d’un jet, mercredi 19 août dernier, Clément Mouamba a eu des rencontres citoyennes avec les autorités locales et les forces vives, durant sa tournée de travail dans les cinq chefs-lieux des districts du Département de la Lékoumou. Des rencontres citoyennes dont il a souhaité une expression libre de la part de ses interlocuteurs.
De manière générale, ce sont les problèmes liés à la vie de chaque district qui ont été soulevés, dans une franchise bien marquée: mauvaise qualité et absence d’entretien des routes; santé; éducation; absence de dividendes résultant de l’exploitation, jugée même abusive, des forêts; conflits hommes/éléphants; accès à l’eau potable courante et à l’électricité; non-paiement des émoluments des chefs de quartiers et de villages; absence des symboles de la République comme le drapeau national dans certaines localités, etc.
Partout, Clément Mouamba s’est félicité de la liberté d’expression dont ses interlocuteurs ont fait preuve.
Dans les grandes lignes, les questions soulevées ne sont pas ignorées du gouvernement, a-t-il fait savoir. «On avait souhaité que vous parliez librement, vous l’avez fait et les sujets se recoupent et en même temps, ce sont des sujets qui sont tous importants. Ce ne sont pas des questions inconnues du gouvernement, dans les grandes lignes», a déclaré Clément Mouamba, à l’étape de Zanaga.
Concernant la question des conflits hommes/éléphants, la ministre Rosalie Matondo a promis mobiliser des fonds pour indemniser les paysans ayant vu leurs champs être dévastés par les pachydermes. De même, dans le cadre du développement local, le gouvernement s’arrange à ce que les sociétés forestières respectent leurs cahiers des charges.
Il faut signaler que les ministres faisant partie de la délégation ont donné des réponses techniques à chaque fois que des préoccupations étaient soulevées touchant leurs domaines de compétence.
Selon le Premier ministre, cette mission lui a été prescrite par le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso. Il a fait le relai pour écouter les doléances des populations, afin de lui en rendre compte, et partager avec elles, les avis du gouvernement sur un certain nombre de sujets concernant la vie de la Nation.
Signalons que cette tournée a permis au Premier ministre et la délégation qui l’accompagnait de visiter les routes qui seront aménagées par les forestiers, les sites où les ouvrages de traversée, notamment des ponts, seront construits, comme le pont sur le rivière Lékoumou où un nouveau pont sera construit, le pont sur la Foula qui sera réhabilité, le pont sur la rivière Bouenza, à la frontière entre les Départements de la Lékoumou et de la Bouenza, au village Minguélé, sur l’axe routier Sibiti/Makabana/Mouyondzi.
A Bambama, le Premier ministre a fait don d’un groupe électrogène de 350 Kva pour fournir de l’électricité au chef-lieu du district.
Cette tournée de travail d’une importante délégation gouvernementale dans un département est à saluer, en souhaitant que d’autres départements fassent l’objet d’une telle attention de la part des gouvernants, tant les problèmes sont presque les mêmes partout.

Jean-Clotaire DIATOU

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

20 octobre 2020, 13: 20

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 42
  • 37
  • 1 684
  • 3 554
  • 425
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net