Sélectionner une page

Coraf (Congolaise de raffinage) : Malgré la crise financière elle confirme ses ambitions

Coraf (Congolaise de raffinage) : Malgré la crise financière elle confirme ses ambitions

Filiale à 100% de la S.n.p.c (Société nationale des pétroles du Congo), avec un capital de 100 milliards de francs Cfa, la Coraf (Congolaise de raffinage) a survécu à la chute de sa maison mère, Hydro-Congo (1973-2002). Inaugurée le 11 décembre 1982 par le Président Denis Sassou-Nguesso, la raffinerie de Pointe-Noire a été construite à partir de 1972, sous le Président Marien Ngouabi. Cependant, elle n’avait pas pu démarrer son exploitation comme prévu en 1975, pour des défauts techniques, qu’il a fallu surmonter après. Aujourd’hui, grâce à des reformes menées par ses agents et cadres avec à leur tête, Patrice Koffi Yao, directeur de l’usine, sous la supervision de l’administrateur général, Maixent Raoul Ominga, président directeur général de la S.n.p.c (Société nationale des pétroles du Congo), la Coraf va célébrer, le 11 décembre prochain, les 38 ans de sa mise en exploitation.

Depuis 38 ans, la Coraf (Congolaise de raffinage), qui emploie un personnel de 300 cadres et agents, traite le pétrole brut provenant essentiellement du Terminal de Djéno, situé à 25 kms de la raffinerie, et alimente le marché national en produits raffinés. Ceux-ci, notamment le super carburant, le jet, le gasoil et le fuel léger sont transférés via pipelines à la société commune de logistique (Sclog) pour alimenter les 80% du marché national. Le gaz butane est vendu à la société G.p.l s.a (Gaz et pétrole liquéfié). En cas d’insuffisance de la production, les importations exceptionnelles sont parfois nécessaires pour répondre à la demande. Mais, les besoins en gasoil et en jet sont totalement satisfaits. Le fuel lourd est exporté.
Dans le but de rendre disponibles et à moindre coût les produits pétroliers sur l’ensemble du territoire national et de respecter les règles sur la protection de l’environnement, certains projets sont à l’étude et d’autres sont en cours de réalisation. Au nombre de ces projets figure, «le projet valorisation et fiabilisation» qui est destiné à augmenter la marge du brut du raffinage et d’éviter les arrêts non-programmés de la production. Il faut ajouter également le «projet sur l’amélioration» du traitement de l’eau résiduelle.
Le projet de remodelage des installations de raffinage qui s’exécute en deux phases a permis d’augmenter la capacité de production des installations de 50% pour atteindre 1,2 millions de tonnes de produits finis par an. Sa seconde phase consistera à convertir le résidu pétrolier en produits blancs. Outre «le projet de dégoulotage de l’unité catalytique» qui vise aussi l’augmentation de la production, il y a des projets de construction de nouveaux bacs de réception du pétrole brut et d’une nouvelle centrale électrique ainsi que l’installation d’une nouvelle pompe anti-incendie.
Depuis 2010, la Coraf s’est engagée dans une démarche organisationnelle et managériale novatrice. Associée à la nouvelle touche apportée en 2019 par le nouvel administrateur général, Maixent Raoul Ominga, qui vise le repositionnement graduel de cette entreprise comme une raffinerie de référence, en lui permettant d’asseoir ses actions dans une démarche d’amélioration continue. Depuis plus d’un an elle renforce l’harmonisation et la cohérence des procédures et pratiques, elle maîtrise aussi la réduction des coûts et des délais ainsi que la qualité des produits.

Chrysostome
FOUCK ZONZEKA

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

28 octobre 2020, 01: 19

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Commentaires récents

    Votre Publicité

    Archives

    Statistiques de notre site

    • 1
    • 27
    • 1 713
    • 3 993
    • 521
    • 579
    • 18 octobre 2020

    Votre météo

    booked.net