Le Ministère de la santé et de la population et la représentation de l’O.m.s au Congo ont organisé, du 9 au 17 janvier 2023, une formation sur la gestion des urgences de santé publique, qui a regroupé une cinquantaine d’experts (épidémiologistes, communicateurs sur les risques, chargés de la prévention et du contrôle des infections, urgentistes, vaccinateurs, vétérinaires, laborantins, pharmaciens, anthropologues, agents de prise en charge clinique, logisticiens et agents de sécurité).
La formation des experts nationaux sur la gestion des urgences de santé publique a eu lieu au Centre international de conférences de Kintélé, au Nord de Brazzaville, dans le District d’Ignié (Département du Pool). Les travaux ont été ouverts officiellement, mardi 10 janvier, par Jean-Ignace Tendelet, directeur de cabinet du ministre de la santé et de la population, en présence de Lucien Alexis Manga, représentant de l’O.m.s au Congo, et Jean-Médard Kankou, directeur général de l’épidémiologie et de la lutte contre la maladie.

Lucien Manga, Jean Ignace Tendelet et Jean Medard Kankou
Lucien Manga, Jean Ignace Tendelet et Jean Medard Kankou

Organisée dans le cadre du Projet Surge, sigle anglais signifiant «renforcer et utiliser les groupes d’intervention d’urgence», lancé par le Bureau régional de l’O.m.s pour l’Afrique, cette formation «permet d’accroître massivement les capacités nationales dans tous les domaines essentiels dans la riposte aux urgences de santé publique. Elle permet, ensuite, de pouvoir accélérer la mise en œuvre du Plan national de sécurité sanitaire. Elle permet, enfin, au Congo, de se mettre sur la liste des pays disposant d’un réservoir d’experts», a expliqué Lucien Alexis Manga, représentant de l’O.m.s au Congo, dans son allocution à l’ouverture de la formation.
Ouvrant les travaux, Jean-Ignace Tendelet a déclaré que «le Congo, à l’instar des pays de la région africaine de l’O.m.s, est touché par les urgences de santé publique. C’est ainsi que Son Excellence Monsieur Denis Sassou Nguesso, Chef de l’Etat, recommande la décentralisation de la riposte aux urgences, notamment à travers la mise en place des équipes d’intervention au niveau des districts sanitaires».
A noter que la région africaine de l’O.m.s est la plus touchée par les urgences de santé publique, avec plus de cent événements majeurs de santé publique qui y sont relevés chaque année. Selon l’O.m.s, ces urgences de santé publique perturbent significativement les prestations de services essentiels de santé et affaiblissent davantage les systèmes de santé, avec des conséquences socio-économiques sans précédent.
C’est à ce titre que le Bureau régional de l’O.m.s pour l’Afrique a mis en œuvre trois projets phares visant à renforcer les capacités des Etats membres à se préparer aux urgences de santé publique, à les détecter et à y riposter. Ces trois projets sont expérimentés dans quinze pays depuis 2022, dont le Congo, pour les mettre à l’échelle régionale dans les cinq prochaines années. Il s’agit de:
– Promouvoir la résilience des systèmes de gestion des situations d’urgence (Prose);
– Transformer les systèmes de surveillance en Afrique (Tass);
– et Renforcer et utiliser les groupes d’intervention d’urgence (Surge).
Pour l’O.m.s Afrique, les projets phares s’appuieront sur les infrastructures et les ressources humaines existantes dans les pays et s’inspireront des enseignements tirés de la pandémie de covid-19 et des flambées épidémiques de maladie telle que celle à virus Ebola.

Martin BALOUATA-MALEKA