Sélectionner une page

Conseil départemental et municipal de Brazzaville : Elu nouveau maire, Dieudonné Bantsimba entend donner un nouveau souffle à la ville-capitale

Conseil départemental et municipal de Brazzaville : Elu nouveau maire, Dieudonné Bantsimba entend donner un nouveau souffle à la ville-capitale

Trois mois après la révocation de Christian Roger Okemba, pour détournement présumé de deniers publics, le Conseil départemental et municipal de Brazzaville dispose, désormais, d’un nouveau président et maire de la ville-capitale, en la personne de Dieudonné Bantsimba (63 ans), candidat unique présenté par le parti majoritaire, le P.c.t (Parti congolais du travail), et élu par les conseillers, à 100% des 98 suffrages exprimés, sur un total de 101 conseillers départementaux et municipaux.

Trois bulletins ont été, en effet, jugés nuls. La session extraordinaire élective qui a eu lieu le vendredi 22 mai 2020 était présidée par le doyen d’âge, le conseiller Jean Lounana-Kouta, sous la supervision de Charles Ngafouomo, ministre délégué, chargé de la décentralisation et du développement local, représentant le ministre de l’intérieur et de la décentralisation.

L’élection du maire de Brazzaville était précédée d’une campagne où certains candidats potentiels ont rivalisé d’ardeur pour se faire connaître. Parmi ces candidats potentiels, il y avait le maire par intérim, Guy-Marius Okana, et d’autres dont on a entendu parler comme Jean Lounana-Kouta, Serge Ikiemy, Mme Charlotte Opimbat ou Donald Fabrice Fylla Saint-Eudes. Les réseaux sociaux ont servi de terrain à leurs partisans non seulement pour faire leur campagne, mais encore pour canarder sans merci les autres. Au final, le P.c.t s’est choisi un candidat, Dieudonné Bantsimba, celui-là qu’on n’a pas vu, justement, faire de campagne dans les réseaux sociaux.
Plusieurs fois directeur de la gestion foncière urbaine et conseiller à l’urbanisme du maire, le successeur de Christian Roger Okemba fait preuve d’une expérience appréciable, puisqu’il a occupé plusieurs fonctions officielles à la municipalité, depuis les années 90. Depuis 2012, il était directeur de cabinet de Jean-Jacques Bouya, le ministre de l’aménagement du territoire, de l’équipement et des grands travaux, après avoir été proche collaborateur de Denis Gokana, conseiller du Chef de l’Etat et patron de la société pétrolière A.o.g.c.
Dieudonné Bantsimba a aussi roulé sa bosse à la Présidence de la République où il a assumé les fonctions de chargé de missions du Chef de l’Etat. Membre du comité central du P.c.t, il est détenteur du diplôme d’études approfondies en géographie urbaine.
La session extraordinaire élective du président du conseil départemental et municipal qui a duré environ 5h était sans enjeux, car Dieudonné Bantsimba était l’unique candidat, dit de la majorité présidentielle.
A la session, il a été proposé comme candidat par le premier secrétaire du conseil, Clesh Atipo Ngapy, et l’intéressé a accepté cette proposition. Autant dire que les choses étaient bien huilées. Le glissement des bulletins dans les urnes par les 101 conseillers, (dont la procuration du maire déchu) n’a servi finalement que de formalité démocratique.
Devant les distingués conseillers, le nouveau maire élu, qui poursuit le mandat laissé vacant par Christian Okemba, a dévoilé son ambitieux programme de développement, baptisé: «Vivre et construire Brazzaville ensemble», qui se résume en dix axes à caractère économique et social, entre autres, «l’amélioration des conditions administratives; la réhabilitation des voiries urbaines; l’aménagement de la route du cimetière de Matari; l’informatisation des services financiers de la mairie; l’aménagement des berges de la rivière Djoué; le désenclavement des quartiers périphériques; l’amélioration du transport urbain; la modernisation de la gestion des pompes funèbres municipales, etc».
Dans son mot de circonstance, l’heureux élu, tout en remerciant le Président de la République pour ses efforts inlassables dans la pérennisation de la paix et la concorde nationale, a promis de travailler en franche collaboration avec l’ensemble des services de l’Etat, les élus locaux et les maires d’arrondissements, pour relever les défis qui l’attendent. «J’espère être capable de mener à bien cette noble et délicate mission, celle de conduire les destinées du conseil départemental et municipal de Brazzaville», a-t-il déclaré.
Intronisant officiellement le nouveau président du conseil départemental et municipal de Brazzaville, dans ses fonctions, le ministre Charles Ngafouomo, en véritable pédagogue, eu égard à la gestion chaotique passée, a exhorté le staff dirigeant, notamment sa nouvelle figure de proue, à mettre en exergue le respect de la légalité. «Attention, attention, revenez à la légalité», a-t-il martelé. Il leur a aussi demandé de ratisser large, afin de renflouer les caisses de la mairie centrale.
A noter que les agents municipaux traînent dix mois d’arriérés de salaire impayés. «Comme le nouveau maire a su le dire, il faut qu’il travaille en connivence avec les maires d’arrondissements, lesquels connaissent mieux les préoccupations des populations et les maux qui minent notre chère ville-capitale», a suggéré la distinguée conseillère Hirma Nadège Ikama.
Signalons que Dieudonné Bantsimba conduira les destinées du conseil départementale et municipal jusqu’en 2022, au titre du mandat quinquennal amorcé en 2016 par Christian Roger Okemba.

Hervé EKIRONO

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.
close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.

A propos de l'auteur

l'horizonafricain

L'horizon Africain, un journal d'information paraissant au Congo Brazzaville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

04 décembre 2020, 06: 45

L’editorial de la redaction

«DES QUESTIONS BATEAU»

L’expression est utilisée par le chef de file de l’opposition, à l’issue de l’audience que le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, lui a accordée samedi 21 novembre dernier. Parlant de la réforme du processus électoral, Pascal Tsaty-Mabiala a utilisé l’expression que ces questions sont devenues des «questions bateau». Cela mérite qu’on s’y arrête un peu.

Lire la suite

Commentaires récents

    Votre Publicité

    Archives

    Statistiques de notre site

    • 3
    • 2 567
    • 3 décembre 2020

    Votre météo

    booked.net