Le gouvernement gabonais a procédé, pour la septième fois, au lancement d’un emprunt obligataire par appel public à l’épargne, pour mobiliser un montant de 175 milliards de francs Cfa, rémunéré au taux d’intérêt de 6,25% net d’impôts par an. A Brazzaville, le lancement de cette opération d’appel public à l’épargne a eu lieu, mardi 25 octobre 2022, sous le patronage de Taty Mavoungou, directeur de cabinet du ministre gabonais de l’économie et de la relance, en présence de Fernand Ngoussi Mayangah, directeur général de la dette, au Ministère gabonais de l’économie et de la relance, Dieudonné Evou Mekou, président de la B.d.e.a.c (Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale) et Ulrich Gambigha, directeur général de B.g.fi Bourse.

L’emprunt obligataire lancé par le gouvernement gabonais dans la zon de la Cemac (Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale) s’inscrit sur la période 2022-2028. A la présentation de l’emprunt obligataire, le directeur de cabinet du ministre de l’économie et de la relance a édifié l’assistance sur la destination des fonds à lever. «Les fonds levés dans le cadre de cet emprunt constituent une part contributive au paiement de la dette intérieure. Il s’agira, en réalité, de poursuivre la mise en œuvre de la stratégie d’apurement de la dette intérieure, qui a permis, l’année dernière, d’apurer les créances inférieures ou égales à 70 millions de francs Cfa, pour environ 300 entreprises. Cette année, les ressources issues de l’emprunt obligataire permettront, pour partie, d’apurer les créances inférieures ou égales à 100 millions de francs Cfa et de payer, d’ici décembre 2022, 46% du stock restant dû au début de l’année, désintéressant ainsi une centaine de sociétés parties prenantes du tissu économique de notre pays», a indiqué le directeur de cabinet Taty Mavoungou.
Expliquant les motivations de cet emprunt Fernand Ngoussi Mayangah, directeur général de la dette, a indiqué que la présence du Gabon «sur le marché financier la zone Cemac, sept ans durant, n’est pas un signe de vulnérabilité de l’économie gabonaise. Le Gabon vient sur le marché financier sous-régional, pour l’animer, afin qu’il soit fort. Ce n’est pas une faiblesse. Il est mieux d’investir en empruntant. Le stock de la dette n’augmentera pas en empruntant. Nous sommes à 63% du P.i.b et nous respectons le ratio communautaire qui est moins de 70%. L’emprunt obligataire est une opération profitable pour l’économie gabonaise. Ce que nous allons lever va être investi. C’est important pour notre développement. Cette levée des fonds va servir à financer des projets prioritaires dressés par le Président de la République, notamment les routes, l’éducation et la santé».
L’emprunt obligataire 2022 est la résultante de l’apport des partenaires historiques qui ont accepté d’accompagner le Gabon dans cette opération de mobilisation de l’épargne domestique régionale. A noter que les intérêts seront versés aux souscripteurs annuellement à partir d’octobre 2023 et le remboursement du capital, quant à lui, sera effectué en cinq tranches égales à partir de novembre 2024, avec un différé d’amortissement d’un an.

Martin
BALOUATA-MALEKA