Sélectionner une page

Congo – France : Vers la célébration des 80 ans du manifeste de Brazzaville

Congo – France : Vers la célébration des 80 ans du manifeste de Brazzaville

Le Congo a décidé de donner un éclat particulier à la célébration, le 27 octobre 2020, du 80ème anniversaire de ce qu’on appelle le manifeste de Brazzaville, à travers lequel le général Charles De Gaulle annonça, depuis ce qui était alors la capitale de l’A.e.f (Afrique équatoriale française), le 27 octobre 1940, la constitution d’un Conseil de défense de l’empire devant l’assister dans la guerre qu’il avait déclarée contre l’occupation de la France par les forces nazies.

Vous pouvez maintenant télécharger gratuitement toutes nos éditions au Format Pdf dans le menu Archives Pdf qui se trouve sur la barre latérale droite de notre site internet.

Pour ce faire, Brazzaville va réunir un sommet des Chefs d’Etat des pays ayant constitué les territoires de l’A.e.f auquel le Président français, Emmanuel Macron, est invité et un colloque sera organisé sur l’histoire de la décolonisation partant de la conférence de Brazzaville, avec le concours de la Fondation Charles De Gaulle.

Même si au plan interne, on ne parle pas encore de l’événement qui va se tenir à Brazzaville autour de la date du 27 octobre prochain, la diplomatie congolaise est déjà en branle. Jean-Claude Gakosso, le ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger, a pris son bâton de pèlerin pour aller porter l’invitation du Président de la République aux hôtes attendus au colloque de Brazzaville.
Le Président Denis Sassou-Nguesso a mis un point d’honneur à donner à cet événement un éclat particulier, en invitant son homologue français, dans la ville même qui joua le rôle de capitale de la France-libre, le mouvement de résistance et de reconquête de la souveraineté française, mise à mal par l’occupation nazie de la France, pendant la Seconde guerre mondiale.
Il y a 80 ans, en effet, le général Charles De Gaulle, ayant entrepris de libérer son pays, en s’opposant au régime collaborationniste du maréchal Philippe Pétain, lança, depuis Brazzaville, un manifeste annonçant la constitution d’un Conseil de défense de l’empire, appelant «à la guerre, c’est-à-dire au combat ou au sacrifice, tous les hommes et toutes les femmes des terres françaises qui sont ralliées» à lui. Le Conseil de défense de l’empire était comme le premier gouvernement de guerre du mouvement de la France libre, de 1940 à 1941. Il fut remplacé par le Comité national français, de 1941 à 1943, qui céda ensuite la place au Comité français de libération nationale qui conduisit la France, avec le concours des alliés, à la victoire sur l’Allemagne hitlérienne en 1945.
Tout partit donc de Brazzaville, mais jamais cet événement n’a été célébré en terre congolaise. C’est comme si tout d’un coup, les Congolais, qui connaissent pourtant leur histoire, découvrent que leur pays a bien joué un rôle durant la Seconde guerre mondiale, particulièrement dans la libération de la France contre l’occupant nazi.
Parmi les activités relatives à la célébration de ce 80ème anniversaire du manifeste de Brazzaville, il y a la réhabilitation du studio de Radio Brazzaville qui diffusa le manifeste et la déclaration qui s’en était suivie, la réhabilitation du bâtiment du Cfrad (Centre de formation et de recherche en art dramatique) qui abrita, du 30 janvier au 8 février 1944, la conférence de Brazzaville présidée par Charles De Gaulle, et qui planta la graine de la décolonisation. Des sites modestes, mais qu’il faut tirer de l’oubli tant ils sont chargés de symboles historiques.
A l’indépendance, le 15 août 1960, le Président Fulbert Youlou inaugura le square De Gaulle, à Bacongo. Ce qui paraît paradoxal. Comment honorer l’ancien colon, au moment où l’on accède à la liberté? Mais, une lecture plus poussée donne à comprendre ce symbole dans son contexte historique.
Appelé «L’homme de Brazzaville», De Gaulle comprit très vite qu’il fallait répondre à l’aspiration des Africains à leur souveraineté. Et l’accession à l’indépendance eut lieu dans la paix et la compréhension mutuelle, même si les intérêts opposent toujours les hommes.
La célébration des 80 ans du manifeste de Brazzaville prouve qu’on ne peut falsifier l’histoire. Après Londres, c’est à Brazzaville que le général Charles De Gaulle eut le renfort capital à son mouvement de libération de la France. Ce qui n’est pas sans honorer les Congolais de voir leur capitale avoir joué ce rôle.

Jean-Clotaire DIATOU

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

20 octobre 2020, 12: 44

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 39
  • 37
  • 1 681
  • 3 551
  • 424
  • 579
  • 18 octobre 2020

Votre météo

booked.net