Vos idées pour réformer en profondeur le pays, nous voudrions entendre. Et non, nous saturer l’esprit de vos images de campagne. En France, la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) a fait une entrée fracassante à l’Assemblée nationale, aux élections législatives des 12 et 19 juin 2022. Sur un total de 577 sièges, la Nupes en a remporté 131, après Ensemble, le parti du Président Emmanuel Macron (245 sièges), devançant le R.n (Rassemblement national) de Marine Lepen (89 sièges), et les Républicains (61 sièges).
Un coup de tonnerre qui a limité les ambitions du Président Emmanuel Macron à l’Assemblée nationale et a affaibli le camp présidentiel qui rêvait d’une majorité absolue, dans l’hémicycle. Une victoire retentissante qui fait de la Nupes une force politique d’idées de progrès en France.
Entrée fracassante, coup de tonnerre et victoire écrasante de la Nupes, non, par le fait des images ou autres supports photographiques de ses membres, lors de la campagne électorale. Mais, grâce au programme de la Nupes, axé sur de solides propositions qui ont emballé les électeurs français. Des mesures, du reste, dédiées au progrès social, aux emplois et aux retraites.
La Nupes tablait sur la retraite à 60 ans, 100.000 soignants supplémentaires pour l’hôpital public, le blocage des prix des produits de première nécessité, l’augmentation du SMIC à 1.500 euros net, par mois, l’indemnisation les chômeurs, dès le premier jour de la fin du contrat, la baisse de la T.v.a sur les transports en commun, le recul de la publicité dans l’espace public et à la télévision. Et ce n’est pas tout. Je m’arrête là. C’est déjà du lourd. La Nupes laissant entrevoir une puissante volonté d’agir, une détermination à toute épreuve et une très grande confiance.
Chez nous, au Congo-Brazzaville, la campagne pour le scrutin législatif des 10 et 17 juillet 2022 a été ouverte le 23 juin 2022. Aux candidats à ces élections, bizarrement en course, bien avant la date officielle d’ouverture, leurs idées pour réformer en profondeur le pays, nous voudrions entendre. Et non, nous saturer l’esprit, déjà affaibli par nos multiples problèmes au quotidien, de leurs photos et de quelques ordinaires anecdotes qu’ils déversent, lors des rencontres avec les électeurs.
Des électeurs en quête de vrais députés, représentants, dignes et honnêtes citoyens qu’ils mandateraient. Non pour les voir bailler sur les colonnes de l’Assemblée nationale, en attendant le versement des primes élevées. Mais, pour légitimer le vote des Congolais par une efficace contribution en projets de loi qu’ils écriveraient et en interpellation constructive des membres du gouvernement, lors des séances à l’Assemblée nationale.
Le Congo-Brazzaville a plus que jamais besoin de transformations et de réformes profondes, dans tous les domaines de la vie nationale. Des réformes qui viendraient réparer le pays et engager une politique de transformations ambitieuses, malgré les critiques et les procès d’intention de ceux-là mêmes qui caricaturent toute volonté patriotique et républicaine de modernisation du pays, perçue, à tort, comme une intention déstabilisatrice du pouvoir du Président Denis Sassou-Nguesso. Aucun secteur du pays ne devrait échapper au courant réformateur qui y gronde. Parce que, devenu politiquement, socialement, économiquement et moralement indispensable.
Vos idées pour réformer en profondeur le pays, nous voudrions entendre. Et non, nous saturer l’esprit de vos images de campagne. Par ces lignes, nous nous sommes adressés à vous, compatriotes, futurs députés. Est précieux, notre Congo-Brazzaville, commun, terre des légendes.

Joseph OUABARI MARIOTTI