Sélectionner une page

Concertation nationale de Madingou : Le cahier des charges de l’U.d.h-Yuki pour l’amélioration de la gouvernance électorale

Concertation nationale de Madingou : Le cahier des charges de l’U.d.h-Yuki pour l’amélioration de la gouvernance électorale

Dans le cadre de la tenue de la concertation politique de Madingou, l’U.d.h-Yuki (Union des démocrates humanistes), le parti de Guy-Brice Parfait Kolélas, a fait des propositions sous forme de cahier des charges pour contribuer à l’amélioration de la gouvernance électorale. D’entrée de jeu, il demande la mise en œuvre des résolutions des dernières concertations de Sibiti et de Ouesso. Pour éviter de tomber dans la même situation qu’avant où les résolutions restent lettre morte, il propose, à la fin de la concertation de Madingou, la réécriture de la loi électorale, en y intégrant toutes les réformes acceptées pendant cette concertation.

Concernant le fichier électoral, l’U.d.h-Yuki demande à profiter du recensement général de la population, pour revoir le fichier électoral par le biais d’un recensement administratif spécial, avec la participation des représentants des partis politiques. Ce parti souhaite que la certification des listes électorales soit faite par un organisme international, notamment l’O.i.f (Organisation internationale de la Francophonie), afin de garantir leur fiabilité et que la carte biométrique soit mise en œuvre.
L’U.d.h-Yuki propose le parallélisme des formes dans la configuration des bureaux de vote avec celle de la Colel (Commission locale des élections) représentée en fonction des forces politiques en présence. «Car, il a été constaté que les maires et les administrateurs-maires font ce qu’ils veulent».
Pour ce qui est de la C.n.e.i (Commission nationale électorale indépendante), le parti de Guy-Brice Parfait Kolelas demande le changement de son président actuel qui exerce également les fonctions de Premier président de la Cour suprême. Il demande, ensuite, le renouvellement du bureau de la C.n.e.i, tenant compte du paysage politique actuel.
Au-delà, l’U.d.h-Yuki appelle à la mise en place d’une Commission électorale nationale indépendante (Ceni), qui soit véritablement indépendante, dotée d’une autonomie budgétaire et qui a la charge de l’organisation de toutes les opérations préélectorales et post-électorales suivantes: «l’enquête électorale sur le terrain; le découpage électoral sur des bases objectives; la réalisation d’accord partie d’un recensement administratif spécial; l’édition des cartes biométriques des électeurs; l’établissement du fichier électoral; l’organisation et la supervision des scrutins; l’accréditation des médias et des observateurs nationaux et internationaux; la formation des personnels électoraux; la recevabilité des candidatures et la gestion équitable des campagnes médiatiques des candidats; la centralisation des résultats uniquement sur la base des originaux des procès-verbaux des Colel; la sécurisation, le traitement et la publication des résultats provisoires; l’enregistrement des contentieux électoraux, puis leur transfert à la Cour constitutionnelle».
Autre chose, l’U.d.h-Yuki appelle à la révision du découpage électoral de certaines circonscriptions électorales dont celui de Madibou, Ngoyo et du District de Kinkala. Il souhaite la révision à la baisse du montant de la caution de la candidature à l’élection présidentielle, le plafonnement des dépenses des campagnes électorales et l’appui financier de l’Etat à tous les candidats à l’élection présidentielle.

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.
close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.

A propos de l'auteur

l'horizonafricain

L'horizon Africain, un journal d'information paraissant au Congo Brazzaville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

03 décembre 2020, 11: 23

L’editorial de la redaction

LES CÔTÉS AMERS DE LA DÉMOCRATIE!

Des milliers de supporters du Président Donald Trump ont manifesté, samedi 14 novembre dernier, à Washington, pour protester, une fois de plus, contre la présumée «fraude électorale» qui aurait privé leur champion de sa victoire à l’élection présidentielle du 3 novembre. Ils sont allés manifester leur colère jusque devant la Cour suprême des Etats-Unis, dans le quartier du Capitol Hill, comme pour appuyer les recours en justice introduits par les avocats du Président Trump. C’est la démocratie, peut-on dire! Mais, la démocratie a ses côtés amers et on l’oublie souvent.

Lire la suite

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 2
  • 2 550
  • 26 novembre 2020

Votre météo

booked.net