Sélectionner une page

Commune de N’Kayi (Département de la Bouenza) : La population empêchée de porter la bavette, après la mort d’une jeune dame

Commune de N’Kayi (Département de la Bouenza) : La population empêchée de porter la bavette, après la mort d’une jeune dame

La commune de N’Kayi, dans le Département de la Bouenza, a vécu un drame, le mardi 29 septembre dernier, après la mort d’une jeune dame, Mlle Merveille Bazonzila (23 ans), arrêtée par une patrouille de la gendarmerie dans la nuit du lundi 28 septembre, sur l’Avenue de la Révolution, pour défaut de port de bavette. Après quelques heures de détention au poste de la gendarmerie du Quartier Mouananto (premier arrondissement de N’Kayi), elle avait été relâchée à 21h et elle était rentrée chez elle. Mais, le lendemain, elle avait été retrouvée morte dans sa chambre. Sa mort a révolté les jeunes et les adolescents qui ont lancé un mouvement de protestation contre le port de la bavette. Ils s’en prennent à toute personne qui porte un masque protégeant le nez et la bouche.

Les circonstances de la mort de Mlle Mireille Bazonzilak, dont l’inhumation a eu lieu mardi 6 octobre dernier, dans un climat de tension dans la ville, à N’Kayi, ne sont pas réellement connues. Pour la population, cette jeune dame avait été arrêtée par une patrouille de la gendarmerie et placée au V.i.p, c’est-à-dire sous les banquettes installées à l’arrière d’un pick-up Toyoyta B.j. Puis, elle aurait été placée dans une cellule au poste de gendarmerie où elle aurait subi une bastonnade, avant d’être relâchée vers 21h. Contrairement à ce que nous avons dit dans notre précédente édition, elle avait été remise en liberté dans la soirée même du jour de son arrestation, vers 21h. Mais, on lui aurait pris la somme de 35 mille qu’elle avait, car elle est commerçante, vendeuse de fruits.
Enceinte de trois mois, la jeune dame, qui souffrait également d’épilepsie, aurait regagné son domicile en expliquant à sa mère le supplice qu’elle aurait subi, avant d’aller se coucher. Malheureusement, le lendemain, voulant s’enquérir de son état, sa maman l’a retrouvée morte sur son lit. Du côté de la gendarmerie, on avance que rien n’aurait été fait contre la dame. Qu’une fois détenue au poste, elle avait été libérée.
La nouvelle de sa mort s’est répandue dans le quartier et les jeunes, apprenant qu’elle est décédée à la suite des sévices qu’elle aurait subis, se sont révoltés, en assiégeant le poste de gendarmerie qu’ils ont tenté d’incendier. Voyant la foule en colère, les gendarmes auraient déserté leur poste. Le commandant de la 23ème région militaire de la Zone de défense n°2 et l’administrateur-maire du premier arrondissement de N’Kayi ont dû parlementer avec les jeunes, pour leur faire comprendre que l’affaire ne pouvait pas être traitée par la violence et qu’il allait d’abord se calmer. Il n’empêche, il y a eu quelques heures de remue-ménage à N’Kayi où des tirs d’armes automatiques avaient été entendus et quelques actes de pillage dans des boutiques constatés. Le calme a été rétabli grâce à l’intervention de l’armée. Cependant, on ne sait pasqsi une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de la mort de Mireille Bazonzila. Côté officiel, on n’a enregistré aucune réaction sur cette affaire. Depuis, les jeunes s’attaquent à toute personne portant une bavette. Conséquence, la bavette n’est plus de mise dans la commune de N’Kayi.

Didace KINO

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

28 octobre 2020, 00: 48

L’editorial de la redaction

L’ÉDUCATION, LA FORCE ET LA QUALITÉ DE LA SOCIÉTÉ!

Ainsi donc, les élèves congolais ont renoué avec le chemin de l’école depuis le lundi 12 octobre. Après pratiquement six mois et demi d’inactivités (du 1er avril au 11 octobre) dus à la suspension des cours pour cause de pandémie de covid-19. Et la rentrée scolaire intervient sur fond de crise sanitaire, puisque le pays continue de faire face à la pandémie. Avec tout ce que cela induit de conséquences impactant la vie scolaire. Le ministre en charge de l’enseignement en a d’ailleurs informé l’opinion nationale.

Lire la suite

Je m’abonne à la newsletter de l’horizon africain

Commentaires récents

    Votre Publicité

    Archives

    Statistiques de notre site

    • 1
    • 27
    • 1 713
    • 3 993
    • 521
    • 579
    • 18 octobre 2020

    Votre météo

    booked.net