Le Commandement de la sécurité civile a reçu, vendredi 18 février 2021, à la caserne principale des sapeurs-pompiers, à Brazzaville, une délégation de la Commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale, conduite par son président, le député Henri Zoniaba Ayimessone, à laquelle s’étaient associés d’autres députés. Cette visite, qui s’inspire de l’article 142 de la Constitution du 25 octobre 2015, qui parle du contrôle de l’action gouvernementale, par les élus, visait à connaître le fonctionnement de ce corps opérationnel des forces de police, surtout en cette période de lutte contre la pandémie de covid-19. La délégation des députes était reçue par le général de police de première classe Albert Ngoto, en présence des membres du commandement de la sécurité civile.

Le député Henri Zoniaba Ayimessone et le général de première classe Albert Ngoto pendant la séance de travail.
Le député Henri Zoniaba Ayimessone et le général de première classe Albert Ngoto pendant la séance de travail.

Après une séance de travail à huis clos, où les problèmes d’organisation et de stratégie des opérations menées par le Commandement de la sécurité civile, sous la direction du général de police de première classe Albert Ngoto, ont été abordés, le commandement a procédé à la présentation des différents services aux élus nationaux. Ainsi, les députés ont visité le C.t.a (Centre de traitement et d’alerte), communément appelé Centre d’appels avec le numéro 118, suivi de la présentation d’un échantillon d’engins de secours et de matériels d’intervention, le Centre de vaccination contre la covid-19 et l’infirmerie.
«Nous sommes là pour faire la connaissance des lieux et échanger avec les responsables du Commandement de la sécurité civile, afin de connaître les difficultés qui sont les leurs et qui ne leur permettent pas de bien assumer la mission qui leur a été confiée par le gouvernement», a précisé le député Henri Zoniaba Ayimessone. La délégation a loué le travail accompli par les sapeurs-pompiers pendant la période de confinement. Elle a voulu savoir avec quels moyens le Commandement de la sécurité civile fait fonctionner ses différents services pour réaliser des résultats aussi impressionnants.
«Au Congo, les gens ont pris la mauvaise habitude de ne parler que de tout ce qui est mauvais, alors que nous sommes humains. Pour cela, tout travail humain connaît des imperfections. Malgré la situation difficile, le Commandement de la sécurité civile a sauvé des vies humaines. Il a été présent partout. Nous avons vu comment les sapeurs-pompiers travaillent, parfois avec les mains nues, mais avec courage et détermination. Il est de bon aloi que ces cadres soient félicités, pour le travail abattu au début de la pandémie», a souligné le président de la commission défense et sécurité.
En tout cas, les élus du peuple ont été édifiés sur le travail quotidien des sapeurs-pompiers. Ils ont été largement informés des difficultés auxquelles fait face le commandement, surtout sur le plan budgetaire. Si le budget prévu pour le service, est intégralement mobilisé au cours de l’année, les résultats seront encore largement satisfaisants. Aux élus de faire leur travail de contrôle de l’action gouvernementale, pour s’assurer que les budgets qu’ils votent arrivent réellement aux différentes structures publiques auxquelles ils sont destinés, pour assurer les services attendus au bénéfice du peuple.
A titre de rappel, placée sous l’autorité du ministre de la sécurité et de l’ordre publics, la Sécurité civile est un service public de secours qui vient en aide à la population lors des accidents, des sinistres et des catastrophes. Ses équipes interviennent avec des moyens spécialisés pour renforcer l’action des structures d’urgence, de la police et d’autres autorités.

Chrysostome
FOUCK ZONZEKA