Sélectionner une page

Cogelo (Congolaise de gestion de loterie) : Célébration du 29ème anniversaire sur fond d’un constat alarmant

Cogelo (Congolaise de gestion de loterie) : Célébration du 29ème anniversaire sur fond d’un constat alarmant

La Cogelo (Congolaise de gestion de loterie), société anonyme de droit congolais avec conseil d’administration au capital de 500 millions de francs Cfa, a célébré, le 12 octobre 2020 à Brazzaville, ses 29 ans d’existence. C’était sous la houlette de son nouveau directeur général, Guy-Roger Moigni. Axée essentiellement sur la course des chevaux au début de ses activités, la Cogelo a, progressivement, diversifié la gamme de ses produits, avec le lancement des jeux de grattage, les lotos à boules, les paris sportifs, etc.
La Cogelo compte, aujourd’hui, 337 agents permanents, plus de 600 auxiliaires (mandataires et vacataires), soit plus d’un millier de revenus mensuels garantis.
La célébration de son 29ème anniversaire a aussi été l’occasion, pour les responsables de la société, de dresser son bilan général. Guy-Roger Moigni a démontré que «la société traverse une situation difficile sur tous les plans de son activité. Sa situation financière est instable et dégradée, les actifs de la société ne sont pas maîtrisés, la situation des tiers est confuse, les relations avec les banques et les partenaires extérieurs, très dégradées, ne sont pas des relations de confiance, le chiffre d’affaire est en décroissance depuis 2014».
Cette situation est due à plusieurs erreurs de gestion commises dans le passé, notamment «l’absence d’une vision claire du devenir de l’entreprise et du rôle que l’on devrait lui faire jouer dans la société. L’inadéquation du processus de prise de décision par rapport aux principes de nationalité de gestion, l’absence des outils managériaux capables de maintenir la cohésion et d’engendrer des performances organisationnelles optimums dans toutes les fonctions de gestion, le manque de cadre de référence approprié à même de permettre le pilotage basé sur des orientations pertinentes et non sur l’intuition, l’absence des outils managériaux fondamentaux, dont l’utilisation garantit une gestion efficiente de l’entreprise et le manque d’intérêt sur la valorisation du capital humain sont des maux qui ont miné la Cogelo depuis belle lurette», a expliqué le nouveau directeur général.
Pour pallier le problème, le Conseil d’administration s’est employé non seulement à renouveler l’équipe dirigeante, mais aussi à instruire celle-ci à définir un plan de sortie de crise consistant à analyser, de façon approfondie, la situation de la Cogelo (diagnostic stratégique), définir les stratégies à adopter (développement stratégique) et mettre en place un plan d’action budgété et chronométré. Ceci permettra de donner à la direction générale ainsi qu’aux cadres de la société, l’occasion de s’accorder sur le devenir de la Cogelo, sur la thérapie à lui administrer pour sa restauration.

Joseph MWISSI NKIENI

Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.
close
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez les 11 autres abonné·es de notre liste.

A propos de l'auteur

l'horizonafricain

L'horizon Africain, un journal d'information paraissant au Congo Brazzaville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

heure locale

25 novembre 2020, 14: 07

L’editorial de la redaction

IL NE FAUT PAS PÉNALISER LES GÉNÉRATIONS FUTURES

On a hérité de la période de vaches grasses, quand les budgets de l’Etat étaient excédentaires grâce à la manne pétrolière (2004 à 2014), des habitudes qui, aujourd’hui où l’on gère les vaches maigres, risquent de pénaliser les générations futures, en raison des ardoises qu’accumule l’Etat chaque année. On pourrait alors se retrouver en porte à faux avec le principe de l’équité intergénérationelle.

Lire la suite

Votre Publicité

Archives

Statistiques de notre site

  • 43
  • 30
  • 2 446
  • 6 296
  • 851
  • 653
  • 18 novembre 2020

Votre météo

booked.net