Qui va donc conjurer le diable qui fait disparaître l’argent au Congo, lorsqu’il s’agit de la participation des sportifs congolais dans les compétitions africaines ou internationales? En tout cas, c’est la question qui a surgi, une fois de plus, avec la participation des Diables-Rouges A’, à la phase finale du Chan (Championnat d’Afrique des Nations) de football, qui se déroule du 13 janvier au 4 février 2023, en Algérie. Au moment où nous mettons sous presse, c’est-à-dire mercredi 5 janvier, la sélection nationale traîne encore à Brazzaville, alors qu’elle devrait se retrouver déjà au lieu de la compétition, sinon dans un pays autre, pour les derniers réglages et l’acclimatation, puisque c’est l’hiver dans les pays nord-africains.

Malgré une préparation pas idéale, le sélectionneur de l’équipe nationale A’ des Diables-Rouges, Jean Elie Ngoya Obackas, rêve néanmoins de réussir à acclimater ses poulains. Il plaide pour un dernier stage en Tunisie, le plus vite possible, pour le reste du temps avant le démarrage de la compétition, a-t-il fait savoir, au cours d’une conférence de presse organisée lors de la publication de la liste des joueurs retenus pour le Chan.
Répondant aux questions des chevaliers de la plume et du micro, il s’est dit satisfait du choix des joueurs. «Ce sont les arguments techniques qui ont permis au staff de prendre les uns plutôt que les autres. L’évaluation que nous avons eu à faire au niveau du test physique nous a permis de faire tout le travail. Lorsque nous avons évalué ces joueurs, nous n’avons eu que quatre qui ont eu la moyenne de 17 kilomètres par heure, qui est la vitesse maximale aérobie d’un joueur de haut niveau. Le reste n’avait pas cette moyenne. Il nous a fallu travailler d’arrachepied, pour avoir les 28 joueurs sélectionnés aujourd’hui», a-t-il indiqué.
Elie Ngoya a relevé aussi les difficultés d’ordre organisationnel auxquelles sont confrontés. Il a demandé au gouvernement de prendre ses responsabilités. «C’est à l’Etat de prendre ses responsabilités, sachant qu’il y a une compétition d’une dimension internationale et qu’il faut vite quitter le Congo, pour aller s’acclimater. On est en hiver, il fait très froid (moins 8 degrés). Comme on le constate, la majorité de nos joueurs n’a jamais fait l’Europe. Donc, le gouvernement doit vite réunir toutes les conditions, pour que l’équipe nationale se rende en Tunisie, afin de s’y préparer et y attendre le début de la compétition», a-t-il déclaré.
Le sélectionneur national est revenu sur la situation des primes. «Logiquement, ce n’est pas au sélectionneur de régler ces questions. J’ai besoin des joueurs avec une certaine mentalité et un certain comportement. A ceux qui viennent pour pleurer les primes, je fais savoir que je ne vous parle même pas de ma situation personnelle. Ceux qui viennent avec nous doivent comprendre qu’ici, c’est le boulot avant tout. C’est à l’Etat de penser à nous donner des primes. Et je suis certain que si nous mouillons le maillot, le gouvernement donnera nos primes», a-t-il conclu. A noter que la première sortie des Diables-Rouges sera le 16 janvier contre les Lions indomptables du Cameroun.

Luze Ernest BAKALA