La célébration du 62ème anniversaire de l’indépendance du Congo dans le Département de la Cuvette obéit à la volonté du Président de la République de construire, de consolider et de nous offrir davantage un Etat de droit, un Etat protecteur, un Etat créateur et réformateur, un Etat solidaire avec la jeunesse décomplexée qui sait se prendre en charge, en saisissant des opportunités d’entreprendre qu’offre l’Etat pour booster son épanouissement tous azimuts et favoriser son insertion socio-professionnelle.

L’Etat protecteur est celui de la femme congolaise en général, laborieuse, représentée dans le sceau de la République, assise avec ses tresses raffinées sur une commodité traditionnelle, tenant sur ses genoux les tables de la loi qu’elle soutient de son bras gauche, conviant ses compatriotes à l’unité, au travail et au progrès.

Jean-Luc Mabiala Tchibinda.
Jean-Luc Mabiala Tchibinda.

L’indépendance que nous célébrons, ici à Makoua, nous donne aussi l’occasion de rappeler, d’informer et de sensibiliser davantage la femme de la Cuvette en particulier que c’est après 62 ans d’indépendance que, désormais, le Congo dispose de la loi Mouébara n°19-2022 du 4 mai 2022 portant lutte contre les violences faites aux femmes dans cet Etat protecteur.
A cette occasion, le Département de la Cuvette a eu l’honneur d’abriter le lancement de la campagne de sensibilisation de ladite loi en mai dernier, à Oyo, par Madame la ministre en charge de la promotion de la femme. De même, notre département dispose des structures socio-éducatives modernes. L’exemple du Lycée d’excellence d’Oyo (100% au B.e.p.c cette année), les hôpitaux généraux Elbo et 31 juillet 1968, en sont une parfaite illustration.
Aussi, grâce à la solidarité des élus et des cadres de notre département à Oyo, Mossaka, Tchikapika, Boundji et Owando, les élèves apprennent dans les meilleures conditions possibles. Les encadreurs et les étudiants de l’école paramédicale Julien Mondjo d’Owando seront, bientôt, dans les meilleures conditions d’étude et de travail avec la reprise des travaux du site d’Elenguinawé.
Par ailleurs, le déploiement des nouveaux médecins renforce les plateaux techniques en ressources humaines dans les hôpitaux généraux et les districts sanitaires, en augmentant les chances d’assistance médicale de qualité et de prise en charge de nos compatriotes vulnérables.
62 ans après l’indépendance, le Département de la Cuvette a abrité sa journée économique avec le soutien de la Chambre consulaire de Pointe-Noire, dans le cadre de la deuxième composante de la phase 2 du Projet de renforcement des capacités commerciales et entrepreneuriales, financé sur fonds européens.
Il en est de même de l’assistance portée à certains chefs de très petites, petites et moyennes entreprises et entrepreneurs en voie de bénéficier par le biais du Ministère en charge des P.m.e, du Fonds d’impulsion, de garantie et d’accompagnement en sigle «Figa».
62 ans d’indépendance, la Cuvette s’est vue implanter le Parc Ntokou-Pikounda qui côtoie les berges de la Likouala-Mossaka et bien d’autres structures de développement à Okombé dans le District de Ntokou, dans la périphérie du District d’Oyo avec l’amélioration de l’habitat rural, à Boundji par le groupe A.o.g.c, sans oublier les zones agricoles protégées dans les Districts de Makoua et Ngoko, dans le cadre de la mécanisation de ce secteur vital, en vue de l’augmentation de la production départementale et nationale.

Aujourd’hui plus que hier, le Département de la Cuvette, après 62 ans d’indépendance, offre à la République et ses admirateurs, le visage d’une industrie agropastorale florissante qui ne cesse d’attirer les potentiels investisseurs au regard de sa position géographique stratégique caractérisée par la traversée de la Route nationale n°2, l’attractivité du Port autonome d’Oyo, de la Zone économique spéciale Oyo/Ollombo, ses vasières à perte de vue, ses forêts, son réseau hydrographique et ses cours d’eau navigables à toutes les saisons et riches en produits halieutiques, forment une succession des méandres serpentée essentiellement par la Mambili, la Likouala-Mossaka, la Likouala aux herbes, le Kouyou, l’Alima, la Ngoko et j’en oublie peut-être.
Aussi, grâce au développement du secteur touristique que la ville d’Owando a abrité, en mars 2022, la concertation politique nationale, à Mombo beach. C’est le Congo politique tout entier qui avait honoré notre département.
En effet, le développement exponentiel du secteur hôtelier offre à tous visiteurs et touristes en séjour ou de passage dans le Département de la Cuvette, des conditions idéales agréables, de par la qualité des logements accessibles à toutes les bourses, mais aussi et surtout l’art culinaire dont chacune de nos localités détienne les spécificités de leurs produits alimentaires très prisés. Les services de l’Etat sont déployés dans les dix sous-préfectures, les deux communes de plein exercice, les cinq communautés urbaines, le tout dans un ensemble de 420 villages et 46 quartiers.
Le Conseil départemental de la Cuvette et les Conseils municipaux d’Oyo et d’Owando, en dépit de la conjoncture difficile, ne se sont pas dérobés de leur vocation première, celle de booster le développement local sur les bases d’une politique de décentralisation impulsée par le gouvernement de la République.
L’Etat de droit que nous magnifions aujourd’hui dans la Cuvette, à travers cette célébration, trouve son encrage par l’existence d’une justice indépendante du pouvoir exécutif et législatif, impartiale et équitable, respectueuse des principes de la séparation des pouvoirs. Les juridictions compétentes dont dispose le département sont bien tenues et administrées par des professionnels qui savent lire le bon droit et rendre justice au nom du peuple congolais. La preuve en est que les sessions criminelles, par exemple, sont régulièrement tenues chaque année.
Tout récemment, en juin et juillet 2022, nous avions assisté à la prestation de serment professionnel des Messieurs Tsono Ndzalé José Barnard à Oyo et Ibata Osseté Apendi à Owando, respectivement sous-préfets d’Oyo et de Makoua à l’issue des audiences solennelles ainsi que celui des quinze agents et cadres relevant du Ministère de l’économie forestière aux Tribunal de grande instance d’Owando.
Par ailleurs, au même titre que l’administration publique territoriale et le pouvoir judiciaire, la force publique à travers ses différentes composantes est présente dans l’ensemble du département, elle assure ses missions traditionnelles et ponctuelles avec succès nonobstant quelques difficultés.
La sécurisation sans incident des élections législatives et locales en est une preuve parmi tant d’autres. C’est l’occasion de traduire, ici, les félicitations de Monsieur le préfet aux responsables de la Force publique et à l’ensemble de leurs éléments pour le professionnalisme dont ils ont fait montre.
Par ma modeste voix, l’autorité préfectorale vous encourage à multiplier les initiatives dans le maintien de la paix, la libre circulation des personnes et des biens, la lutte contre les différentes formes de délinquance, et maintenir la franche collaboration avec les juridictions compétentes pour toutes sortes d’infractions à la loi pénale.
La Constitution du 25 octobre 2015, consolide notre Etat de droit, 62 ans après l’accession du Congo à la souveraineté internationale. Elle stipule dans son premier article: «La République du Congo est un Etat de droit, souverain, unitaire et indivisible, décentralisé, laïc et démocratique». Fort de cet état démocratique et du respect du calendrier électoral, les Congolais se sont prononcés en juillet 2022 pour élire les députés à l’assemblée nationale ainsi que les conseillers départementaux et municipaux.

Dans le Département de la Cuvette qui n’a pas été concerné du tout par le deuxième tour, toutes les circonscriptions électorales ont été pourvues dès le premier tour. Monsieur le Préfet du Département de la Cuvette se félicite pour la bonne tenue du processus électoral grâce à la dextérité des commissions locales, la disponibilité et l’accompagnement du processus électoral par les sous-préfets et leurs secrétaires généraux, les administrateurs maires des communautés urbaines et leurs secrétaires généraux, les secrétaires généraux des différents conseils qui ont assuré la courte transition conformément à la circulaire 003 du 23 juin 2022. A cet instant si solennel, je vous transmets les vifs remerciements de Monsieur le Préfet ainsi que sa confiance sans cesse renouvelée.
Cette célébration nous donne aussi l’occasion d’apprécier et de féliciter la promptitude du Gouvernement de la République par sa capacité de riposte et d’assistance humanitaire apportée à nos compatriotes victimes des catastrophes naturelles. Ici à Makoua et ses environs, à Owando et ses environs, à Boundji et ses environs surtout dans les localités situées sur la frange fluviale, à l’annonce d’une tornade, les populations vivent ces moments dans l’angoisse et le désarroi.
Nombreux de nos compatriotes ont failli perdre l’espoir vu l’ampleur des dégâts matériels et des pertes en vies humaines occasionnés par des inondations, mais grâce à l’assistance du Gouvernement, ils ont vite retrouvé la joie de vivre et du vivre ensemble. Nous voulons rassurer par la même occasion les populations victimes de la tornade à Makoua, qu’en dépit des efforts du député de Makoua, le Gouvernement de la République ne les a pas oubliées.

Messieurs les sous-préfets, Mesdames et Messieurs les administrateurs-maires;
Veuillez transmettre à l’ensemble des populations et collaborateurs placés sous votre autorité respective, les salutations patriotiques de Monsieur le Préfet du département de la Cuvette.
Il en est de même pour nos compatriotes qui sont dans les hôpitaux ou dans l’incapacité physique de célébrer avec faste, la fête d’indépendance pour diverses raisons. Nous sommes de tout coeur avec eux, où qu’ils se trouvent.
Transmettez aussi nos sentiments patriotiques à nos compatriotes qui sont dans les campements de pêche ou de chasse et surtout à ceux qui tiennent les brasseries locales en nous assurant la fourniture à des heures perdues, du Tcham-Tcham, aussi le Molengué, le Ngolima et le Kéro.
Ils sont des véritables portes étendards de notre indépendance, les héros dans l’ombre parce que la variété de leurs différentes productions contribue au renforcement de notre identité: «Un peuple qui ne consomme pas ce qu’il produit, n’est pas un peuple libre», dixit Denis Sassou-Nguesso. A tous ceux-là, l’Etat protecteur incarné par le Préfet de département, ne leur abandonnera jamais.

Ce que nous pouvons retenir littéralement en définitive de cette évocation non exhaustive, comme pour paraphraser Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, je cite: «Le Congo peut donc tenir le cap. Il ne peut non seulement en raison de la vision de ses dirigeants, mais aussi par la détermination de son peuple à demeurer fidèle aux idéaux des pères fondateurs et à nos valeurs communes», fin de citation.
Avant de conclure, Monsieur le Préfet m’a chargé de remercier monsieur Ayessa Ndinga Yengué, Président de la fédération congolaise de handball et l’ensemble de la communauté sportive, pour avoir honoré notre département à travers les villes d’Owando et de Makoua qui ont abrité les rencontres sportives de la 20ème édition du championnat national de handball junior hommes et dames.
Enfin, 62 ans d’indépendance c’est à la fois peu et beaucoup. Nous pouvons être fiers et convaincus de ce que nous sommes déterminés à soutenir la construction du sentiment patriotique par la consolidation des acquis de notre indépendance et l’affermissement de l’unité nationale dans le département de la Cuvette.
Grâce à la détermination sans cesse de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Denis Sassou-Nguesso, nous vivons dans un Congo indépendant, une démocratie apaisée dont chacun de nous tous ici, à différentes fonctions, contribue à son enracinement. Grâce à notre ardeur au travail, notre pays en général et notre département en particulier, illumine le chemin irréversible dans sa marche vers le développement. Dans la paix et la préservation de la souveraineté de notre patrimoine commun, le Chef de l’Etat, de tout temps nous a constamment rappelé toute la philosophie politique qui fonde les valeurs de la République indépendante à savoir: Unité-Travail-Progrès.
Jean-Luc
MABIALA TCHIBINDA