24.2 C
Brazzaville
sam 3 décembre 2022
spot_img
AccueilActualitéCathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville : Une tentative de profanation de la tombe...

Cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville : Une tentative de profanation de la tombe du cardinal Biayenda indigne les chrétiens

Dans un communiqué publié le 26 décembre 2021, le chancelier de l’Archidiocèse de Brazzaville, l’abbé Michel Bordan Bebert Kimbouani Ntsoki, fait savoir que dans la nuit du 23 au 24 décembre, il y a eu profanation de la tombe du cardinal Emile Biayenda. «Par miracle du ciel et grâce au génie de nos anciens qui ont mis un dispositif sécuritaire assez solide sur la tombe, le corps du cardinal n’a été ni dérangé ni approché. Tout est intact. Nous rendons grâce à Dieu pour cela».

Les faits se sont donc passés dans la nuit du 23 au 24 décembre, comme le signale le communiqué du chancelier. Mais, ils n’ont été portés à la connaissance du public, via les médias sociaux, que dans la journée du samedi 25 décembre et le communiqué publié le 26 décembre. Ce qui signifie que pendant les célébrations de Noël, l’information a été gardée au secret.
Dans les vidéos diffusées dans les médias sociaux, on peut voir l’archevêque, Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, se faire expliquer ce qui s’est passé sur la tombe du cardinal, au sein de la Cathédrale Sacré-Cœur. La diffusion de ces images a suscité une vague d’indignation dans les milieux chrétiens. Les commentaires ont pris une direction politicienne et les responsables religieux ont été eux-mêmes surpris. «Aujourd’hui, la publication malheureuse et imprudente d’une vidéo à ce sujet sur les réseaux sociaux sème la confusion et laisse dubitatif sur les motivations de l’auteur encore inconnu», a réagi l’abbé chancelier dans son communiqué. Puis, il a rassuré que la Police judiciaire, saisie, mène ses enquêtes «comme il se doit en pareille circonstance», ajoutant que l’archevêque a demandé à ne pas «favoriser les interprétations sans fondement» et a appelé les chrétiens à la sérénité, en rappelant les paroles du cardinal à la fraternité.
Né en 1927 à Maléla-Bombé, un village du District de Kindamba, dans le Département du Pool, Emile Biayenda, premier cardinal congolais et deuxième archevêque congolais de Brazzaville, est mort assassiné le 23 mars 1977, dans un climat de tension provoqué par l’assassinat du Président Marien Ngouabi, cinq jours avant. L’Eglise catholique au Congo le considère comme un martyr de l’unité nationale -sa mort ayant permis d’éviter une guerre civile tant la tension était à son comble- et a engagé le processus de sa béatification et canonisation dont l’aboutissement est attendu fiévreusement par la communauté chrétienne. Son lieu d’assassinat, au Nord de Brazzaville, appelé Mont Cardinal, et sa tombe à la Cathédrale Sacré-Cœur sont devenus des lieux de pèlerinage, de recueillement et de ferventes prières. Selon certains témoignages, la dernière tentative de profanation est la troisième enregistrée au cours de l’année qui s’achève.

Urbain NZABANI

AUTRES ARTICLES

1 COMMENTAIRE

Les commentaires sont fermés.

derniers articles

Commentaire

Davidtom on Football
Joshuadrymn on
Joshuadrymn on Football