C.e.p.e (Certificat d’études primaires élémentaires)

Les épreuves se sont bien déroulées pour les 135.188 candidats de cette année

Après des mois de préparation, c’est le jeudi 9 juin 2022 que les 135.188 candidats dont 8.300 candidats libres inscrits sur l’ensemble du territoire national, ont passé les épreuves écrites du C.e.p.e (Certificat d’études primaires élémentaires), le premier examen d’Etat au Congo en matière d’enseignement. Pour se rendre compte du lancement effectif des épreuves et de son déroulement à Brazzaville, le département qui compte 55.985 candidats répartis dans 137 centres, Jean-Luc Mouthou, ministre de l’enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’alphabétisation, a effectué une tournée qui l’a conduit successivement à l’Ecole primaire Nkéoua Joseph de Bacongo, l’Ecole primaire La Poste de Poto-Poto et l’Ecole primaire 31 juillet de Talangaï. Il a annoncé à la presse l’instauration du code QR dans le traitement des notes des élèves. Cette technique d’informatisation va s’étendre, dans un futur proche, à d’autres examens comme le B.e.p.c (Brevet d’études du premier cycle) et le baccalauréat.

La tournée des établissements scolaires à l’occasion du lancement du C.e.p.e était une occasion, pour le ministre Jean-Luc Mouthou, d’apporter un message d’encouragement aux candidats et de les inviter à aimer l’école, car «c’est le chemin de la vie et de la réussite». Le ministre était accompagné de la représentante de l’Unesco, Mme Marega Fatoumata, la cheffe de section éducation, protection et développement de l’enfant à l’Unicef, Mme Cinthia Acka-Douabele, les responsables de l’Apeec (Association des parents élèves et étudiants du Congo), ainsi que des cadres de son département ministériel.

Le ministre Jean-Luc Mouthou a introduit le code QR dans le traitement des notes des élèves
Le ministre Jean-Luc Mouthou a introduit le code QR dans le traitement des notes des élèves.

Tout s’est finalement joué en une journée, pour les candidats au Cepe qui, durant neuf mois d’études, s’étaient préparés à passer ces épreuves en toute sérénité. Le Ministère de l’enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’alphabétisation s’était investi pour que les examens d’Etat se déroulent comme prévus dans le calendrier scolaire. L’école congolaise étant en proie aux anti-valeurs avec une recrudescence de la délinquance et des violences en milieu scolaire. Des anti-valeurs qui ternissent l’image du système éducatif national. Raison pour laquelle l’implication du gouvernement est vivement souhaitée pour lutter contre ces phénomènes dégradants. On compte aussi sur la participation des parents d’élèves et des organisations de la société civile, pour débarrasser l’école congolaise de ces tares. Encore, faut-il penser aux enseignants?

Les épreuves du Cepe se sont déroulées dans la discipline sur l'ensemble du territoire national
Les épreuves du Cepe se sont déroulées dans la discipline sur l’ensemble du territoire national.

Les épreuves du Cepe se sont bien déroulées à Brazzaville tout comme à l’intérieur du pays. «Nous avons le retour de ce que sur l’ensemble du territoire, les épreuves ont également été lancées, à la grande satisfaction des 135 mille candidats de cette année. Il y a, parmi ces candidats, 66.000 filles et 68.000 garçons qui vont avoir ainsi la possibilité d’obtenir leur premier diplôme de la vie et saisir, par la même occasion, l’opportunité de pouvoir poursuivre leurs études dans les lycées d’excellence de Mbounda et d’Oyo qui ont été mis en place. Des infrastructures particulièrement importantes pour la formation de l’élite congolaise», a déclaré le ministre Jean-Luc Mouthou répondant aux questions de la presse au terme de sa tournée.

Roland KOULOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici