Après un mois de travaux de réhabilitation sur un tronçon de 80 mètres linéaires, financés par Juste-Désiré Mondélé, conseiller spé­cial en charge des questions politiques du Chef de l’Etat, député non siégeant élu dans la première circonscription de Ouenzé, l’Avenue Marechal Gallieni, située au quartier Mpila, dans le 5ème arrondis­sement de Brazzaville, a été ouverte à la circulation, mercredi 30 mars 2022, au cours d’une cérémonie sous le patronage de l’adminis­trateur-maire de Ouenzé, Marcel Nganongo, avec la participation de plusieurs habitants du quartier 59.

L’Avenue Maréchal Gal­lieni, porte d’entrée de la zone industrielle de Brazzaville à Mpila, se trou­vait, depuis quatre ans, dans un piteux état, en raison de la dégradation avancée de la chaussée due non seulement au manque d’entretien, mais également à l’absence de ca­nalisation des eaux de pluie.

En patriote et habitant du quartier, Juste-Désiré Mon­délé n’est pas resté insen­sible à l’appel de l’adminis­trateur-maire. Il a sollicité l’expertise de la société Cissé Papy, pour réhabiliter cette partie de la voie goudronnée. Les travaux ont concerné la réparation de la chaussée par pavage, l’aménagement des trottoirs en béton, le dé­bouchage des caniveaux et le rétablissement du réseau hydraulique de La Congo­laise des eaux. Un ouvrage de franchissement de 1,5 m sur 1,5m a été construit, pour désengorger les eaux prove­nant de la zone dite Sans-fils. Cet ouvrage est doté d’un puits recueillant les eaux qui, dorénavant, sont acheminés par un collecteur.

Ces travaux de réhabilita­tion ont intégré l’opération «J’aime Ouenzé au sens propre», lancée par l’adminis­trateur-maire Marcel Nganon­go. Ils se sont étendus jusqu’à l’Avenue des Trois martyrs, en passant par le Lycée de la Révolution, le quartier 753 et la Rue Bangangoulou où des canalisations ont été cu­rées et certaines parties de la chaussée renforcées en pavés auto-bloquant.

Exhortant les populations à la préservation et à l’entre­tien des ouvrages réhabilités, Juste Désiré Mondele estime que ces travaux d’intérêt gé­néral sont un devoir pour lui en tant qu’ancien enfant de Ouenzé. «Nous avons reçu de la communauté la solida­rité, l’éducation, l’esprit de famille et l’amitié. Ce Ouenzé doit être propre comme nous l’avions connu à Paul Nson­dé, à Pierre Ntsiété, à Gampo Olilou, au Lycée de la Révo­lution, sur l’Avenue Gallieni et l’Avenue Mgr Benoît Gasson­go», a-t-il déclaré.

Au nom des populations de son arrondissement, l’admi­nistrateur-maire de Ouenzé a salué le geste du conseiller spécial Juste-Désiré Mondé­lé, le premier à répondre fa­vorablement à son initiative. «Le geste que vous venez de réaliser nous va droit au coeur. Vous avez pensé aux élèves du Lycée de la Révo­lution, parce que ces derniers temps, lorsqu’il pleut, un étang se formait devant l’éta­blissement», s’est-il réjoui.

Urbain NZABANI