L’A.r.p.c.e (Agence de régulation des postes et des communications électroniques) a tapé du poing sur la table, en appelant les sociétés de téléphonie mobile, M.t.n et Airtel Congo, à améliorer la fourniture de la 3G sur toute l’étendue du territoire national. La 3G ou la troisième génération désigne la norme de réseau de téléphonie mobile permettant des débits de 2 à 42 mégabites par seconde.
«La couverture téléphonique s’est améliorée et c’est plus remarquable au niveau de la 2G. Mais au niveau de la 3G, il y a encore des zones blanches et des zones critiques pour lesquelles les opérateurs doivent fournir beaucoup d’efforts», a déclaré Benjamin Mouandza, le directeur des re seaux et services de communications électroniques à l’A.r.p.c.e, lors de la réunion à laquelle les deux sociétés étaient invitées à participer.
En effet, l’A.r.p.c.e a effectué des tests à l’intérieur du pays qui démontrent que la société Airtel Congo a fourni des efforts pour améliorer la qualité des services voix et data. Mais M.t.n Congo traîne les pas et il y a même une tendance à la dégradation de la qualité du service. Les connexions Internet passent mieux avec la 3G. Ce qui fait qu’à l’intérieur du pays où plusieurs zones ne sont couvertes que par la 2G, la navigation Internet est très lente et difficile. Raison pour laquelle l’Ar.p.c.e presse les deux sociétés à améliorer la couverture eu pays en 3G.