19.2 C
Brazzaville
jeu 7 juillet 2022
spot_img
AccueilActualité6ème sommet Union européenne/Union africaine : A Brazzaville, l’envoyé spécial Alain Holleville...

6ème sommet Union européenne/Union africaine : A Brazzaville, l’envoyé spécial Alain Holleville a évoqué les enjeux de ce sommet

Effectuant une tournée africaine pour expliquer la tenue du 6ème sommet Union européenne/Union africaine, qui aura lieu du jeudi 17 au vendredi 18 février 2022, à Bruxelles, Alain Holleville, envoyé spécial du Président français Emmanuel Macron, Président en exercice de l’Union européenne, a séjourné à Brazzaville où il a été reçu par les autorités congolaises. Lors d’une rencontre avec la presse, vendredi 4 février 2022, à la Case De Gaulle (résidence de l’ambassadeur de France), il a expliqué les enjeux de ce sommet qui entend renforcer le partenariat entre les deux continents.

Du 17 au 18 février 2022, il se tient à Bruxelles, le 6ème sommet Union européenne/Union africaine, près de cinq ans après celui d’Abidjan (Côte d’Ivoire), en novembre 2017. A Bruxelles, le Président français, Emmanuel Macron, Président en exercice de l’Union européenne, sera face à son homologue sénégalais, Macky Sall, qui vient de prendre la Présidence en exercice de l’Union africaine.
Prélude à ce sommet, Paris a accueilli une conférence préparatoire sur les relations commerciales euro-africaines. Assurant la présidence semestrielle de l’Union européenne, la France a «une responsabilité dans le déroulement du sommet». Raison pour laquelle elle a «échangé avec certains partenaires africains, pour leur faire part de la préparation du sommet, quel rôle ils doivent pouvoir jouer et comment nous allons pouvoir accompagner la mise en œuvre des décisions qui vont être prises», a fait remarquer l’envoyé spécial du Président Macron.
Selon lui, c’est un exercice pédagogique de mobilisation et un geste au titre de la présidence française vis-à-vis des partenaires africains. Puisque le continent africain bouge, au regard des coups d’Etats qui sont enregistrés ça et là. L’organisation de ce sommet vient comme donner la possibilité à l’Europe de donner une réponse à ces problèmes inhérents à la gouvernance. «Il n’y a pas que le continent africain qui bouge. Tous les continents bougent. C’est la tectonique géostratégique. A un moment où on prépare un événement comme celui-là, on court toujours le risque d’être en décalage des événements. Il y a des fondamentaux dans un temps, moyen ou long, et puis faire face à des situations nouvelles qui paraissent avant, pendant ou après. On essaie de s’engager de façon concertée dans un partenariat que nous voulons renforcer et renouveler entre l’Union européenne et l’Union africaine. C’est l’objectif que nous voulons atteindre», a-t-il déclaré.
L’Afrique représente, pour les Européens, un continent stratégique. La France, qui a une histoire partagée avec ce continent, doit faire que cela prenne une autre dimension. Les Africains attendent beaucoup de ce sommet qui va les inciter à réfléchir sur les reformes de l’Union africaine, la rendre plus autonome et capable de faire respecter ses décisions. «Désormais, il faut inscrire le partenariat Union européenne-Union africaine dans une dynamique nouvelle. Parce que le sommet, c’est un moment et ce n’est pas en deux jours qu’on recrée des situations nouvelles. Mais, on peut contribuer à amorcer quelque chose, un peu politique, avec les Chefs d’Etat, pour avoir une vision et inscrire cela dans une trajectoire définie», a-t-il souligné. Après Brazzaville, l’envoyé spécial du Président Macron a traversé le Fleuve Congo, pour Kinshasa, la capitale du Congo voisin, pour le même exercice de communication.

C. FOUCK ZONZEKA

AUTRES ARTICLES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

derniers articles

Commentaire