Placée sous le haut patronage du Président de la République, Denis Sassou Nguesso, le 64ème anniversaire de la proclamation de la République du Congo, le 28 novembre 2022, a tenu en haleine le Palais des congrès de Brazzaville, siège mythique des grands évènements socio-politiques du pays. A l’esplanade, des groupes folkloriques rivalisaient d’ardeur à la danse, pour agrémenter la fête. Le mythique orchestre Bantou de la Capitale prestait pour faire entendre sa voix et marquer son empreinte à l’évènement.

C’est dans une salle des congrès du Palais des congrès, pleine de monde, qu’a été célébré officiellement le 64ème anniversaire de la proclamation de la République du Congo. La session des parlementaires congressistes étant ouverte au public, constitué, pour l’occasion, des membres des bureaux des institutions constitutionnelles, des membres du gouvernement, du corps diplomatique, des corps constitués nationaux, des officiers de la Force publique, des représentants des partis politiques et bien d’autres. En tout cas, tout était mobilisé pour la réussite de l’événement retransmis en direct à la radio et à la télévision nationales.

Le Président Denis Sassou-Nguesso.
Le Président Denis Sassou-Nguesso.

Pendant cette session plénière du congrès parlementaire, servant à la célébration du 64ème anniversaire de la proclamation de la République, l’ambiance était à la fête et l’ensemble des participants étaient à l’unisson. On pouvait lire dans la salle, sur certaines banderoles, des messages comme: «La République du Congo, une et indivisible».
Le Président de la République est entré dans la salle avec le cérémonial protocolaire relatif à ce genre de cérémonie. Après l’exécution de l’hymne national, le maître de cérémonie, Bienvenu Boudimbou, a présenté le contexte de l’événement, complété par une speakirine. Puis, le président du congrès, Léon-Alpfred Opimbat, premier vice-président du bureau de l’assemblée national, assurant l’intérim d’Isidore Mvouba, président de l’assemblée nationale empêché, a prononcé son discours introductif du congrès. Il a, ensuite, invité le Chef de l’Etat à prendre la parole pour son message, qui n’est pas suivi de débat. Le Président de la République a pris place devant la table aménagée pour la circonstance. Pendant une heure et dix minutes, la salle l’a suivi attentivement, applaudissant à certains de ses propos (Voir l’intégralité du message présidentiel sur le site Internet de L’Horizon Africain).

Photo de famille du Président de la République avec les membres du gouvernement et les parlementaires.
Photo de famille du Président de la République avec les membres du gouvernement et les parlementaires.

«C’est ma première expérience en la matière. La principale leçon que je tire est qu’en pareilles circonstances, il n’y a plus d’opposition, ni de majorité présidentielle. On laisse nos appartenances politiques de côté. Parce qu’on est venus tous célébrer la République, un évènement historique qui totalise aujourd’hui 64 ans. C’est vraiment à saluer. Car, comme le dit notre hymne national, ce qui nous unis est plus ce qui nous divise», a fait savoir Misère Ayo, député de la circonscription électorale unique de Mbama, dans le Département de la Cuvette-Ouest.
Dans la même lancée, tout en saluant la réussite de l’évènement, Jean de Dieu Ngoma, secrétaire permanent du Conseil national des personnes vivant avec handicap, a confié que «le Président de la République, en tant que garant de la Nation, à travers cette nouvelle commémoration, a su mettre en valeur les acquis de la République». Comme on peut le constater, le message du Chef de l’Etat a suscité évidemment divers commentaires. Au moins, il y a lieu de reconnaître que les traditions républicaines et démocratiques sont respectées.

Hervé EKIRONO