La 5ème édition de la Foire aux plants se tient du 11 octobre au 30 novembre 2021, à Brazzaville, dans l’enceinte du Ministère de l’économie forestière, sous le thème: «J’achète mon plant de qualité à la foire pour contribuer aux efforts de création des puits de carbone. J’achète mon plant et je participe à la journée nationale de l’arbre». Une variété de plants de diverses essences et des produits forestiers non-ligneux comme le miel, le gnetum (mfumbu) et les huiles essentielles d’eucalyptus citriodora et de la citronnelle y sont exposés. Au total, 155.250 plants sont présentés dont 119 espèces végétales composées de 10 aromatiques, 26 espèces forestières, 56 espèces fruitières, 14 plants médicaux et 12 plants d’ornement. En dehors de Brazzaville, cette exposition-vente est aussi ouverte à Pointe-Noire, Dolisie, Kinkala et Oyo.

Comme les années précédentes, la cinquième édition de la Foire aux plants était ouverte, lundi 11 octobre dernier, par Rosalie Matondo, ministre de l’économie forestière, en présence de trois de ses collègues du gouvernement, notamment Mme Jacqueline Lydia Mikolo, ministre des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel, Hugues Ngouélondélé, ministre de la jeunesse et du sport, de l’éducation physique, de la formation qualifiante et de l’emploi et Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint-Eudes, ministre du développement industriel et de la promotion du secteur privé.
Comme à l’accoutumée, la foire aux plants aidera à résoudre le problème d’approvisionnement en plants de qualité, pour participer à la journée nationale de l’arbre, célébrée chaque 6 novembre de l’année. L’exercice consiste à acheter des plants, pour pouvoir les planter chez soi ou sur un terrain. La cinquième édition est organisée sous les couleurs de la valorisation des connaissances traditionnelles des espèces végétales et sur celles de la création des puits de carbone. Elle englobe aussi les bonnes pratiques des foires précédentes, particulièrement celles qui consistent à apporter un suivi et des facilités aux acheteurs des plants, afin de s’assurer de leur mise en terre.
L’objectif principal de cette édition est de fédérer la filière production des plants autour d’un événement commun de valorisation de la production locale du grand public. Il s’agit aussi de promouvoir l’économie verte et la diversification de l’économie nationale. François Mankessi, coordonnateur du Pronar (Programme national de reboisement), un des animateurs du marché, a souligné, à la cérémonie d’ouverture, que «cette foire est avant tout un rendez-vous de «mains vertes», permettant aux quarante exposants de se rencontrer et d’échanger des idées ainsi que des bonnes pratiques autour des plants et de faire la promotion de leurs produits verts. Plusieurs activités éducatives et commerciales sont au programme durant les jours d’exposition-vente».
Ouvrant la foire, la ministre Rosalie Matondo a dégagé l’importance du thème qui interpelle sur la nécessité de créer des puits de carbone et de promouvoir l’afforestation. «Le planting des arbres forestiers et fruitiers constitue indéniablement une activité économique aux bénéfices multiples, dès lors qu’il procure, à terme, des revenus substantiels, notamment à travers la vente des produits qui en seront issus ainsi que les crédits carbones générés par ces plantations», a-t-il déclaré. Rappelons que la première foire aux plants remonte à l’année 2017 et ne cesse d’intéresser de plus en plus de monde. Comme quoi, le moment est venu d’acheter ses plants de l’année et de les mettre en terre.

M. BALOUATA-MALEKA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici